Sylvie Garnier

Le soja et le tourteau de soja ont baissé, une grande partie des ventes ayant eu lieu vendredi en réponse au rapport WASDE de l'USDA. Le rapport a montré des estimations de stocks de fin de campagne inchangées pour les États-Unis, ce qui était attendu. Cependant, la production de soja brésilienne a augmenté et la production de soja argentine est restée stable. Le marché s'attendait à une augmentation de la production brésilienne.
À l'extérieur, les entreprises devront se préparer à des forces imprévisibles dans le secteur du pétrole et du gaz en 2021. Il s'agit notamment de nouveaux modèles de tarification, d'exigences réglementaires élargies, de pressions potentielles pour de nouvelles infrastructures et d'une administration aux priorités différentes. Certaines de ces forces sont positives et d'autres négatives, mais les deux nécessiteront des partenariats solides pour être gérées correctement. Êtes-vous équipé pour réussir cette année ?
Le PDG de Tesla et SpaceX a embrassé vocalement les crypto-monnaies et le monde de la blockchain et de la finance décentralisée. Dans la lettre ouverte de David Morgan au magnat de la technologie, le "gourou de l'argent" suggère qu'il y a encore plus à gagner en portant son attention sur les actifs numériques adossés à l'or et à l'argent comme les pièces AGX et AUX de LODE. Une décision qui profitera à Tesla, à ses consommateurs et au monde entier.
Les mesures ESG font partie de presque tous les "sujets brûlants" abordés par les médias aujourd'hui. Le discours public entourant les initiatives ESG prouve clairement que les entreprises du secteur privé et les entités gouvernementales continueront à se concentrer sur les composantes de l'ESG. Le président Biden a clairement indiqué que la protection de la planète figure parmi ses plus grandes priorités.
Suite à son investissement en bitcoin, Tesla compte dors et déjà des bénéfices fictifs de l’ordre d’un milliard de dollars au cours du mois dernier. Pour sa part, le bitcoin a atteint dernièrement son niveau record (soit 52 000 dollars), et de plus en plus de noms de Wall Street veulent surfer sur la vague et adopter le bitcoin. Musk est particulièrement optimiste quant au potentiel à long terme de la crypto-monnaie. Mais ne serait-ce qu’une façon de faire la pub à ses produits ?
Il n'y a pas de fin en vue pour le piège dans lequel se trouve notre banque centrale. Car sans les achats massifs et indiscriminés de la Fed, nos ventes aux enchères du Trésor échoueraient. Autrement dit, les acheteurs privés ne se manifesteraient qu'après une flambée des rendements, mais cela rendrait le gouvernement insolvable, ainsi que toutes les obligations à revenu fixe.
La comparaison la plus proche dans l'histoire américaine de la situation actuelle de la dette serait immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, lorsque la dette équivalait à 112 % du PIB, alors qu'aujourd'hui le rapport dette/PIB est de 130 %, le plus élevé jamais atteint. Après la Seconde Guerre mondiale, l'Amérique a retrouvé une assise financière solide à la fin des années 1950, grâce à une baisse spectaculaire des dépenses de défense et à une forte croissance du PIB réel.
Grâce à la nouvelle technologie de numérisation, un projet ambitieux fait entrer les pièces stables adossées à l'argent dans le courant dominant de l'échange de pièces numériques Hotbit. Ce nouveau développement signifie un processus beaucoup plus simple et accessible pour les investisseurs ordinaires, les empileurs d'argent habituels ou les acteurs du marché à grande échelle ayant une aversion au risque, afin de libérer le potentiel de ce métal précieux souvent négligé.
Chaque État américain a des priorités en matière d'infrastructures. Le coût cumulé des seules infrastructures qui entrent dans la catégorie la plus critique dépasse les mille milliards de dollars. On ne s'attend pas à ce que le Congrès adopte une autre loi d'aide de mille milliards de dollars pour couvrir ces coûts, mais un projet de loi sur les infrastructures devrait représenter des milliards de dollars de financement.
En 2001, le taux d'intérêt moyen de la dette publique américaine était de 7 %. Aujourd'hui, grâce à l'intervention massive et sans précédent de la banque centrale, il a chuté à environ 2 %. Précisément à cause de la manipulation par la Fed du prix des obligations, les intérêts de cette dette nationale de 27 billions de dollars n'étaient plus que de 522 milliards de dollars en 2020. Si les taux d'intérêt devaient revenir au niveau normal de 7 %, les frais d'intérêt monteraient en flèche pour atteindre 1,9 billion de dollars par an !