La déflation n’est plus qu’à quelques trimestres de nous

L'inflation fait fureur en ce moment, et à juste titre. Cependant, le tournant du calendrier entraînera une falaise fiscale et monétaire qui devrait engendrer une importante correction du prix des actifs. Cela produira un choc de demande qui fera baisser l'IPC et réduira considérablement la croissance du PIB. L'estimation de la croissance du PIB au troisième trimestre par la fédération d'Atlanta a plongé à seulement 1,3 %, par rapport au rythme de croissance de 6,7 % enregistré par le BEA au deuxième trimestre.
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur email

Les investisseurs sont de plus en plus prudents à l’approche du quatrième trimestre, et leur inquiétude est justifiée. Voici un bref résumé de la situation : il existe une crise financière mondiale potentielle (avec la déflation) découlant de l’effondrement du marché immobilier chinois, les goulets d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement s’aggravent, de nombreuses grandes entreprises annoncent des avertissements sur leurs résultats du troisième trimestre, les taux d’intérêt augmentent, l’inflation est au plus haut depuis 40 ans, des hausses d’impôts sont prévues en 22 et la menace d’un défaut de paiement de la dette américaine plane toujours jusqu’à la fin novembre.

La situation macroéconomique actuelle est celle de la stagflation. En d’autres termes, les taux d’inflation sont plus élevés que la normale, alors que la croissance du PIB ralentit. Pour l’instant, les données montrent que 6,2 millions de personnes ont perdu leurs allocations dans la semaine du 11 septembre, la plupart des programmes gouvernementaux de lutte contre la pandémie de chômage ayant expiré. Ces personnes ont toutes besoin de trouver un emploi, et rapidement, pour remplacer l’énorme allocation hebdomadaire du gouvernement qui a maintenant disparu. Au lieu de cela, nous constatons que les licenciements hebdomadaires sont systématiquement plus élevés qu’à n’importe quel autre moment depuis avant la pandémie, et ce jusqu’en 2015. Et nous constatons que seulement 194 000 nouveaux emplois nets ont été créés au cours du mois de septembre.

Capital Economics s’exprime sur la situation : « Avec une population active toujours inférieure de trois millions d’individus à ce qu’elle était en février 2020, et des enquêtes suggérant que le nombre de ceux qui ne veulent pas d’emploi augmente, il semble de plus en plus probable que l’offre de travail ait subi un coup permanent de la pandémie. »

Nous notons également que l’estimation de la croissance du PIB pour le troisième trimestre, fournie par la très précise Atlanta fed, a plongé à seulement 1,3 %, alors que le BEA avait enregistré une croissance de 6,7 % au deuxième trimestre.

C’est donc la stagflation pour l’instant, mais la déflation n’est plus qu’à quelques trimestres, car un choc de la demande va se produire en raison de la chute des prix des actifs. La récente volatilité du marché boursier peut être comparée à un nid de poule typique dans la chaussée. Cependant, un énorme cratère s’est formé juste en bas de la route. La tempête parfaite pour le marché boursier et l’économie est en plein développement et devrait toucher les États-Unis d’ici le deuxième trimestre de l’année prochaine.

À VOIR AUSSI  Stablecoins : Le nouveau venu dans le monde des crypto-monnaies

Voici quelques détails supplémentaires sur ce qui nous attend très prochainement. L’année prochaine, les créateurs de capital et leur formation seront soumis à des taxes plus élevées, les taux d’intérêt seront plus élevés et l’inflation dépassera celle des dernières décennies. De plus, la deuxième plus grande économie du monde (la Chine) a vu sa croissance économique déraillée par l’effondrement de sa bulle immobilière, qui était le fondement même de sa croissance au cours des 20 dernières années. En fait, la production industrielle de la Chine s’est contractée en septembre, ce qui indique que l’économie est déjà en train de vaciller. Ensuite, il faut ajouter le dysfonctionnement de Washington, qui ne parvient pas à se mettre d’accord sur un autre plan de relance budgétaire massif. En d’autres termes, les dépenses publiques déficitaires, qui représentaient 18 % du PIB (3,7 billions de dollars) en 2020 et 16 % du PIB (3,1 billions de dollars) en 2021, vont plonger à un niveau encore terrible, mais tout juste égal à 5 % du PIB (1,2 billions de dollars) en 2022, selon l’organisme non partisan CBO.

Bien entendu, il devrait être parfaitement clair que la monétisation des énormes déficits publics nuit à la croissance économique à long terme. Cependant, imprimer une quantité massive d’argent frais et le distribuer directement aux consommateurs et aux entreprises provoque, à court terme, une montée d’adrénaline économique. Le retour sur investissement se fera sentir de manière aiguë l’année prochaine.

Ainsi, la plus grande falaise fiscale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale frappera le PIB au moment même où la Fed sera contrainte de resserrer sa politique monétaire en raison des taux d’inflation les plus élevés de ces 40 dernières années, ce qui entraînera la plus grande falaise monétaire jamais enregistrée. En effet, notre banque centrale a imprimé 4,4 trillions de dollars (une moyenne de 250 milliards de dollars de nouvelle création monétaire chaque mois) au cours des 18 derniers mois. Mais M. Powell a déjà indiqué que la Fed ne devrait plus imprimer de nouveaux dollars d’ici le milieu de l’année prochaine, ce qui ouvrira la voie à des hausses de taux vers la fin de l’année 22. Tous ces éléments vont entrer en collision avec le marché boursier le plus surévalué de l’histoire, avec une marge énorme. La capitalisation boursière totale des actions en pourcentage du PIB est de 200 % aujourd’hui, alors que la moyenne est de 80 %. Et le pic précédent était de 140 %, atteint à l’apogée de la grande bulle du NASDAQ en 2000. Pour rappel, à partir de ce niveau, le S&P a perdu 50% et les valeurs technologiques ont plongé de 80% entre 2000 et 2002.

À VOIR AUSSI  Les 5 meilleures actions de semi-conducteurs ont rapporté un rendement moyen de 100,59 %.

Pour l’instant, il s’agit donc d’un déclin ordinaire et pédestre que le marché boursier doit subir et qui sera marqué par une extrême volatilité dans les deux sens. Toutefois, les investisseurs doivent se préparer à vendre à découvert des actions à bêta élevé et des obligations de pacotille lorsque le moment sera opportun. Attachez votre ceinture, un autre krach est à venir. La question est de savoir si les investisseurs continueront à faire confiance au portefeuille d’actions et d’obligations 60/40 si les actions plongent et que le ballast des obligations est cassé. Ou se prépareront-ils de manière proactive à ajuster dynamiquement leurs portefeuilles pour protéger et profiter de la grande réconciliation des prix des titres à revenu fixe et des actions qui se profile à l’horizon ?

___

(Image présentée par Austin Distel via Unsplash)

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ : Cet article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de Born2Invest, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut inclure des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots  » croire « ,  » projeter « ,  » estimer « ,  » devenir « ,  » planifier « ,  » sera « , et d’autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux discutés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont fondées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer sensiblement de tout énoncé prospectif, qui ne reflète que l’opinion de la direction de la société à la date du présent document. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Rubriques Connexes :

Sylvie Garnier

Sylvie Garnier

Sylvie GARNIER, économiste et auteure, elle est spécialisée en marchés financiers et crowdfunding ainsi que les développements économiques . Ses années d’enseignement aux États Unis et son expérience à Wall Street, fait de Sylvie une auteure experte. Elle souhaite transmettre ses connaissances à travers ses articles clairs et concis.