Vendre ou Conserver vos actions pour une entreprise qui a fait l’objet d’une IPO récemment ?

En 2021, de nombreuses entreprises ayant fait l'objet d'une introduction en bourse ont vu le prix de leurs actions augmenter considérablement en peu de temps, apportant des millions de dollars de richesse aux investisseurs et aux employés de l'entreprise. Dans cet article, un expert financier aborde les points les plus importants que les personnes travaillant pour ces entreprises doivent connaître sur les introductions en bourse, de l'impact de ces investissements sur les portefeuilles personnels aux moyens de préserver la nouvelle richesse issue des introductions en bourse.
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur email

Après une forte baisse et un net rebond en 2020, les actions nationales ont continué à progresser tout au long de 2021. Un certain nombre d’introductions en bourse (IPO) record ont contribué à alimenter la frénésie d’investissement au cours des douze derniers mois, créant une richesse massive pour les actionnaires.

En septembre dernier, par exemple, la société d’infrastructure en nuage Snowflake (NYSE : SNOW) est entrée sur les marchés avec une évaluation de 33,2 milliards de dollars, ce qui constitue la plus grande introduction en bourse de logiciels de l’histoire. Et en décembre, les introductions en bourse de la plateforme de location de vacances Airbnb (NASDAQ : ABNB) et de la startup de livraison de nourriture DoorDash (NYSE : DASH) ont fait encore plus de bruit, avec des évaluations respectives de 47 et 39 milliards de dollars.

La tendance n’a pas ralenti en 2021, année au cours de laquelle ont eu lieu les introductions en bourse réussies de Robinhood (NASDAQ : HOOD), une plateforme de négociation incroyablement populaire, et de l’application de rencontre Bumble (NASDAQ : BMBL).

En général, les entreprises qui ont fait leur entrée en bourse récemment se sont bien comportées, et le prix des actions de nombre d’entre elles continue de grimper. Pour les employés de ces entreprises et d’autres entreprises nouvellement cotées en bourse, l’année écoulée a sans aucun doute été marquée par l’excitation et l’incertitude. Les périodes de blocage durent généralement entre 90 et 180 jours, et si vous détenez des actions post-IPO, vous vous posez probablement la même question que tous les investisseurs à un moment ou à un autre : « Dois-je conserver ou vendre mes actions ? ». Bien sûr, il est impératif de consulter votre conseiller financier avant de faire tout choix qui aura un impact sur votre portefeuille, mais les informations présentées ici vous donneront, je l’espère, plus de confiance dans vos décisions concernant les actions post-IPO.

Évaluer l’environnement après une IPO


Il est difficile de ne pas être prisonnier du moment – et surtout lorsqu’il s’agit d’argent. Le marché haussier actuel a généré des gains financiers substantiels pour les investisseurs particuliers, les institutions et les employés, et tout le monde veut se joindre à la fête. Bien que des cycles comme celui-ci conduisent inévitablement à parler de bulles (après tout, ce qui monte doit finir par redescendre), il ne serait pas choquant de voir la dynamique se poursuivre en 2022. Les investisseurs se sont débarrassés des inquiétudes liées à la pandémie persistante de COVID-19, et même les entreprises durement touchées par la pandémie ont tendance à renouer avec la rentabilité.

Malgré tout, en tant qu’employé d’une entreprise publique, il n’y a aucune raison d’essayer d’anticiper le marché après votre introduction en bourse. Votre décision de conserver ou de vendre vos actions devrait plutôt être motivée par les implications fiscales, qui varient selon le type d’actions que vous détenez. En plus de votre salaire et de vos avantages, votre rémunération comprend probablement des actions sous l’une des deux formes suivantes : des unités d’actions restreintes (ou UAR) ou des options d’achat d’actions incitatives (ou IPO).

Implications fiscales des UAR


Par rapport aux ISO, les RSU sont généralement plus simples d’un point de vue fiscal. Vous n’avez pas à prendre de mesures immédiates lorsque les RSU vous sont acquises, par exemple, mais dès que cela se produit, l’IRS classe l’argent comme un revenu imposable. Outre l’impôt sur le revenu correspondant, cet événement peut vous faire passer dans une tranche d’imposition supérieure, ce qui peut vous causer quelques maux de tête.

Par exemple, disons que votre salaire est de 150 000 $ et que vous recevez 100 000 $ supplémentaires en UAR qui seront acquis au cours de la prochaine année civile. Votre salaire seul vous placerait dans la tranche d’imposition de 24 %, mais les UAR acquises vous propulseront dans la tranche de 35 %. Si votre employeur n’a retenu qu’un montant suffisant pour couvrir les impôts au taux de 24 %, vous devrez payer le reste.

À VOIR AUSSI  Ces actions bénéficieront ou seront affectés par le déploiement de la 5G

Si vous détenez des UAR, votre première préoccupation est de vous assurer que vous ne serez pas confronté à une facture fiscale que vous ne pourrez pas payer. Essayez de déterminer dans quelle tranche d’imposition vous vous situerez en fonction de votre rémunération et de vos actions combinées, et demandez à votre employeur de conserver suffisamment d’actions pour couvrir les impôts. Ensuite, au moment de décider de vendre ou de conserver vos actions, demandez-vous si vous avez des dettes à taux d’intérêt élevé (supérieur à 8 %) ou des projets à court ou moyen terme dont le coût est élevé, comme des vacances en famille ou le versement d’un acompte pour une nouvelle maison. Si vous répondez « oui » à l’une de ces questions, envisagez de liquider vos actions en espèces. Sinon, envisagez de les conserver ou de les liquider et de réinvestir l’argent sur un compte extérieur.

Implications fiscales de l’ISO


Il y a trois variables clés à prendre en compte en ce qui concerne les ISO. Premièrement, il y a la date d’attribution, qui est la date à laquelle vous pouvez accéder aux actions. Vous ne les possédez pas techniquement à ce moment-là, mais vous devez vous souvenir de cette date à des fins fiscales. Deuxièmement, il y a la date d’exercice, qui correspond à la date à laquelle vous exercez votre droit de propriété. Vous pouvez soit payer les actions en espèces, soit les acquérir par une transaction sans espèces. Mais n’oubliez pas de prendre note du prix d’exercice, qui est basé sur la valeur marchande du titre sous-jacent au moment de l’exercice. Troisièmement, il y a l’élément d’aubaine, qui est la différence entre le prix d’exercice et la juste valeur marchande de l’action au moment de la vente.

Lorsque vous réfléchissez aux implications fiscales des IPO, vous devez vous concentrer sur la manière dont l’élément d’aubaine sera imposé. Si, par exemple, vous attendez deux ans après la date d’attribution et un an après la date d’exercice pour vendre les actions, vous bénéficierez de ce que l’on appelle une disposition admissible. La plus-value sera imposée comme une plus-value à long terme plutôt que comme un revenu, ce qui non seulement augmente votre obligation fiscale, mais peut aussi vous placer dans une tranche d’imposition plus élevée. Toutefois, si vous vendez les actions dans les deux ans qui suivent la date d’attribution et dans l’année qui suit la date d’exercice, vous devrez comptabiliser la différence (c’est-à-dire l’élément d’aubaine) comme un revenu gagné dans vos impôts.

Dans le cas des ISO, les impôts ne sont pas retenus à la date d’exercice. Travaillez donc avec votre conseiller financier et votre planificateur fiscal pour vous assurer que vous disposez des fonds nécessaires pour couvrir votre paiement. N’essayez pas de contourner le système. Même dans le cas d’une disposition admissible, vous pourriez être assujetti à ce qu’on appelle l’impôt minimum de remplacement (ou IMR), qui fixe un plancher au montant que vous devez au gouvernement.

Facteurs importants à prendre en compte pour déterminer ce qu’il faut faire avec les actions post-IPO


Que vous déteniez des actions post-IPO sous la forme d’UAR ou d’ISO, vous voudrez consulter un professionnel pour vous aider à comprendre comment réduire les impôts après votre IPO et créer un plan pour conserver votre patrimoine. Voici trois conseils supplémentaires à prendre en compte lors de votre prise de décision :

1 – Les performances passées ne sont pas un indicateur des performances futures (pour les IPO).

L’année prochaine pourrait être une autre année exceptionnelle pour votre entreprise (et son IPO), mais très peu d’entreprises surpassent le marché à long terme. Le fait de détenir une position concentrée en actions (ou d’investir dans une seule entreprise), et même dans une entreprise prospère dont vous aimez faire partie, expose votre portefeuille à un risque important. En outre, plus votre entreprise devient grande, plus il sera difficile de maintenir une croissance exponentielle du rendement pour les actionnaires. En fin de compte, c’est le marché qui décide du prix des actions, c’est pourquoi il est préférable de pratiquer la diversification des actions et de ne pas détenir plus de 10 % de vos actifs liquides dans les actions de votre entreprise.

À VOIR AUSSI  La demande sur les marchés à terme est influencée par les ventes spéculatives

2 – Il vaut mieux être proactif que réactif.


La rémunération en actions peut créer une richesse générationnelle pour votre famille, mais un manque de planification peut également entraîner des difficultés financières à long terme. Faire partie d’une entreprise qui entre en bourse peut être stressant, et voir le prix de vos actions fluctuer avec le marché avant que vous puissiez les vendre amplifie souvent ce stress. Cependant, prenez le temps de créer un plan adéquat pour savoir quoi faire de vos capitaux propres après l’introduction en bourse, afin de vous épargner bien plus de stress par la suite.

3- Tout n’est pas noir ou blanc.


En tant que conseiller financier, mon travail consiste à trouver les « bonnes » réponses pour les clients qui prennent des décisions financières complexes. En règle générale, j’encourage la diversification des actions, car c’est une stratégie qui produit généralement l’impact le plus positif à long terme sur les portefeuilles. Cela dit, il se peut que vous ayez un lien profond avec votre entreprise et que vous souhaitiez rester financièrement investi. Dans ce cas, je vous encourage à chercher un terrain d’entente (pour IPO). Plutôt que de vendre toutes vos actions et de les réinvestir ou de les conserver en totalité en prenant des risques inutiles, réfléchissez à ce que vous pouvez conserver tout en vous rapprochant des objectifs financiers que vous vous êtes fixés.

Je compare souvent la situation à un rendez-vous amoureux plutôt qu’à un mariage. Il est généralement plus facile pour les entreprises de couper les liens avec les employés (comme dans le cas d’une relation amoureuse plutôt que d’un mariage) que pour les employés de se débarrasser des actions de l’entreprise. Essayez d’évacuer les émotions de la décision afin de faire ce qui est le mieux pour vous et votre famille et de créer un plan d’équité post-IPO qui vous aide à réduire les impôts et à préserver votre nouvelle richesse.

(Image présentée par GotCredit CC BY 2.0 via Flickr)

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ : Cet article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de Born2Invest, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut inclure des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots  » croire « ,  » projeter « ,  » estimer « ,  » devenir « ,  » planifier « ,  » sera « , et d’autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux discutés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont fondées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer sensiblement de tout énoncé prospectif, qui ne reflète que l’opinion de la direction de la société à la date du présent document. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Rubriques Connexes :

Sylvie Garnier

Sylvie Garnier

Sylvie GARNIER, économiste et auteure, elle est spécialisée en marchés financiers et crowdfunding ainsi que les développements économiques . Ses années d’enseignement aux États Unis et son expérience à Wall Street, fait de Sylvie une auteure experte. Elle souhaite transmettre ses connaissances à travers ses articles clairs et concis.