Teck Resources (NYSE : TECK), Glencore (OTC : GLNCY) et Slave Lake Zinc (CSE : SLZ) vont-ils s’envoler avec le boom des métaux pour batteries ?

Le rythme rapide de la transition énergétique a renouvelé l'intérêt mondial pour le secteur minier. Le zinc, en particulier, a souvent été négligé, mais il est sur le point de combler une lacune cruciale en tant que métal pour batteries sur le marché des énergies renouvelables. Les investisseurs avisés disposent de nombreuses options pour s'exposer au zinc. Les conglomérats semple être une option.
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur email

Il est impossible de surestimer l’importance des ressources minières pour la transition énergétique mondiale. Aussi ironique ou hypocrite que cela puisse paraître à certains militants écologistes, les sociétés d’exploitation de métaux en batterie comme Teck Resources (NYSE : TECK), Glencore (OTC : GLNCY) ou Slave Lake Zinc (CSE : SLZ) seront au cœur de cette transition.

Il existe un besoin croissant de métaux et de minéraux autrefois négligés par l’industrie minière, mais qui sont désormais essentiels à un produit de base particulier : les batteries. Si le rôle du lithium et du cobalt dans les véhicules électriques a fait l’objet d’une grande attention (avec pour conséquence une augmentation constante des prix), ces produits restent paralysés par des problèmes d’approvisionnement et des préoccupations environnementales. La solution pourrait se trouver dans un métal inattendu, le zinc. Les investisseurs qui espèrent profiter de la hausse du métal des batteries méritent de savoir comment s’exposer au mieux à cette matière première qui va bientôt connaître un véritable boom.

Les mineurs de métaux en batterie ont le regard lourd

L’extraction des ressources devra être au cœur de la politique de tout gouvernement qui espère passer au vert. Cette réalité a déjà été adoptée par l’administration Biden aux États-Unis qui, malgré (ou peut-être à cause) de ses tendances écologiques, a encouragé de nouvelles explorations. En effet, le facteur limitant des énergies renouvelables a toujours été le stockage de l’énergie. Qu’il s’agisse de voitures électriques à haute tension ou du type de réseau élaboré nécessaire pour remplacer le charbon ou le gaz par des énergies éolienne ou solaire intermittentes, les batteries sont au cœur de tout cela

Malheureusement, certains de ces métaux ont un coût élevé. La rareté du lithium et les coûts de son extraction en ont fait l’objet de toutes les attentions. Qu’il s’agisse de l’intention initiale d’Elon Musk (aujourd’hui totalement annulée) de retirer le lithium de la technologie des batteries Tesla, ou de la lutte de l’Europe pour avoir accès à ce métal clé malgré des réglementations environnementales plus strictes. La situation du cobalt n’est guère meilleure, avec un approvisionnement largement limité à la RDC, riche en conflits, et étroitement contrôlé par la Chine. 

En dépit de leurs antécédents, les sociétés minières spécialisées dans les deux métaux se sont remarquablement bien comportées l’année dernière. En fait, leur croissance est excessive et les investisseurs devraient envisager des solutions de rechange, car les gouvernements font de même avec les technologies des batteries. 

L’exploitation minière du zinc offre une alternative prometteuse pour les gouvernements et les investisseurs

Dans le cadre des efforts visant à se détourner du lithium et d’autres métaux coûteux sur le plan environnemental et économique, les gouvernements du monde entier consacrent des ressources à la recherche d’alternatives prometteuses. Le zinc est apparu comme un concurrent de poids, offrant une alternative abordable et plus durable. Ces nouveaux développements signifient qu’il pourrait bientôt connaître une croissance explosive, comme le lithium l’a depuis longtemps épuisé.  

La technologie des piles au zinc existe depuis un certain temps, depuis les variétés commerciales à grande échelle jusqu’aux minuscules piles pour appareils auditifs. Mais elle a été freinée par des options de chargement médiocres et un apport et une production d’énergie relativement lents. Les nouvelles technologies suppriment ces obstacles et ouvrent au zinc un marché qui fait passer la domination du lithium sur les véhicules électriques pour de la petite monnaie. 

Le zinc se positionne comme un métal révolutionnaire dans la course aux énergies renouvelables

Les réseaux énergétiques reposant sur les énergies renouvelables sont encore un rêve pour la plupart des gens, principalement en raison de l’absence de technologies efficaces de stockage et de distribution de l’énergie. Les piles au zinc pourraient être la clé de la résolution de ce problème crucial. C’est du moins ce que pensent les investisseurs new-yorkais qui soutiennent les solutions innovantes de la startup canadienne Zinc8. Et ce n’est qu’un début. Alors que la technologie s’efforce de répondre aux exigences de l’industrie, toutes les pièces s’assemblent pour que le zinc entre dans un super-cycle qui lui est propre. 

C’est particulièrement prometteur pour les investisseurs en zinc d’aujourd’hui. En raison de sa relative abondance et de sa production bon marché, les prix du zinc sont restés bas par rapport à des métaux comme le cuivre, dont les prix ont explosé depuis la pandémie. Alors que leurs prix ont déjà atteint des sommets, le zinc passe sous le radar, mais une fois que le changement de technologie des batteries se produira, le zinc fera paraître leur croissance dérisoire. 

Pour s’exposer au zinc : Teck Resources (NYSE : TECK), Glencore (OTC : GLNCY) ou Slave Lake Zinc (CSE : SLZ) ?

Les investisseurs pourraient être tentés d’acheter des startups comme Zinc8 et d’autres qui travaillent directement sur des solutions de batteries. Malheureusement, comme n’importe quel investisseur en capital-risque vous le dira, il existe des risques extrêmes inhérents à leur modèle commercial, aggravés par le nombre de concurrents qui tentent de percer dans ce domaine. Il est possible que l’un d’entre eux sorte victorieux (bien que cela puisse se résumer à voir sa technologie absorbée par un géant de l’énergie), mais la plupart finiront dans l’oubli, avec un gémissement. Le métal sur lequel ils s’appuient, cependant, fera l’objet d’une demande massive car, quel que soit le vainqueur de la course, ils seront tous alimentés en zinc.

Alors, comment les investisseurs qui veulent anticiper cette hausse fulgurante peuvent-ils s’exposer au zinc ? Il existe un certain nombre d’options, des conglomérats internationaux comme Glencore plc (OTC : GLNCY) ou Teck Resources (NYSE : TECK) aux sociétés spécialisées comme Slave Lake Zinc (CSE : SLZ). 

Les conglomérats comme Glencore ou Teck Resources sont un mauvais choix pour le moment

Les conglomérats comme Glencore peuvent sembler être une option attrayante au premier abord. Après tout, Teck mining possède la plus grande mine de zinc existante en Amérique du Nord, en Alaska. Mais pour des entreprises comme celles-ci, le zinc ne représente qu’une petite part, souvent insignifiante, de leur activité. Beaucoup d’entre elles extraient le métal après coup, après d’autres comme l’argent, le cuivre ou même le plomb. Par conséquent, même si le zinc s’envole dans les années à venir, ces entreprises ne verront qu’une fraction de sa valeur. 

En outre, en raison de l’importance du cuivre, du fer et d’autres métaux dans leurs valorisations, ces conglomérats ont déjà gonflé le prix des actions. Une fois que le super-cycle de ces autres métaux sera terminé, leurs actions stagneront ou tomberont en chute libre – ce qui n’est certainement pas le bon moment pour cet investissement !

Les spécialistes comme Slave Lake Zinc sont prêts à exceller

D’un autre côté, les sociétés spécialisées dans le zinc, comme la société canadienne Slave Lake Zinc, offrent une forte exposition au métal, avec beaucoup de possibilités de croissance. Les principales propriétés de SLZ sont historiquement riches en zinc, comme la mine O’Connor. Cette mine produisait si peu d’autres métaux, et tellement de zinc, qu’elle a été fermée il y a plusieurs décennies en raison d’un manque de rentabilité. Avec le zinc qui se dirige vers un boom, c’est l’opportunité parfaite.

L’accent mis sur le zinc dans l’ensemble du lucratif secteur minier nord-américain fait de Slave Lake Zinc le choix idéal des investisseurs pour une exposition à ce métal à fort potentiel. Lorsque le zinc s’imposera comme le métal de la batterie du virage vers l’énergie propre, les sociétés comme Slave Lake Zinc pourront réaliser les plus gros gains.

__

À VOIR AUSSI  Comment investir dans le domaine de l'électrification des véhicules commerciaux ?

(Image en vedette par Seagul via Pixabay)

AVERTISSEMENT : Cet article a été écrit par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de Born2Invest, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut inclure des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots  » croire « ,  » projeter « ,  » estimer « ,  » devenir « ,  » planifier « ,  » sera « , et d’autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux discutés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont fondées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer sensiblement de tout énoncé prospectif, qui ne reflète que l’opinion de la direction de la société à la date du présent document. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Sylvie Garnier

Sylvie Garnier

Sylvie GARNIER, économiste et auteure, elle est spécialisée en marchés financiers et crowdfunding ainsi que les développements économiques . Ses années d’enseignement aux États Unis et son expérience à Wall Street, fait de Sylvie une auteure experte. Elle souhaite transmettre ses connaissances à travers ses articles clairs et concis.