Le seuil des taux d’intérêt ne cesse de baisser

Le ratio dette/PIB de notre pays a maintenant dépassé les 130 %. Plus important encore, cette dette a augmenté pour atteindre 800 % de l'ensemble de nos recettes fédérales annuelles. Nous sommes essentiellement devenus une nation insolvable avec des déficits annuels qui imitent une république bananière. Ce montant record de la dette sera bientôt détenu dans le contexte d'une inflation en hausse rapide due à la monétisation par la Fed des paiements directs du gouvernement au secteur privé.
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur email

Les demandes initiales de prestations de chômage se sont élevées à 900 000 pour la semaine se terminant le16 janvier, après avoir perdu 965 000 au cours de la semaine précédente. Ces chiffres sont quatre fois plus élevés qu’il y a un an. Je trouve cela non seulement triste mais aussi remarquable dans la mesure où nous perdons encore près d’un million d’emplois par semaine chaque année après l’apparition du virus de Wuhan. D’autres signes de stress économique ont été relevés dans le rapport de décembre sur les ventes au détail. Les ventes ont chuté de 0,7 % le mois dernier, et les données de novembre ont été révisées à la baisse pour montrer une baisse de 1,4 %, au lieu des 1,1 % précédemment signalés. De tels chiffres illustrent à quel point l’économie est encore fragile, ce qui exercera automatiquement une pression à la hausse sur le niveau de l’encours de la dette. Et donne à la nouvelle administration l’élan nécessaire pour adopter des plans de relance budgétaire plus nombreux et plus importants. C’est une très mauvaise nouvelle pour tous ceux d’entre nous qui se soucient encore de la dette et des déficits.

Le déficit budgétaire américain a augmenté de 60,7 % au cours des trois premiers mois de l’année budgétaire seulement. Le montant de l’encre rouge annuelle jusqu’à présent dans l’exercice 2021 a atteint un record de 572,9 milliards de dollars, soit 216,3 milliards de dollars de plus que pour la même période d’octobre-décembre de l’année dernière. Fait remarquable, nous vivons le bon vieux temps de la rectitude budgétaire par rapport à ce qui nous attend.

Le président Obama a mis huit ans à ajouter 9 000 milliards de dollars à l’encours de la dette. Le président de MAGA a accompli cet exploit en seulement quatre ans. Aujourd’hui, Joe Biden indique que sa première salve de dépenses sera un programme d’allègement COVID de 1 900 milliards de dollars, qui sera rapidement suivi par un autre accord de dépenses économiques de deux billions de dollars. Il a fallu plus de deux cents ans d’histoire des États-Unis pour accumuler un billion de dollars de dette nationale. Nous avons fait 4 fois ce montant au cours des 12 derniers mois seulement, et la promesse de billions de dettes supplémentaires est déjà en route. On peut dire sans risque de se tromper que le parti des conservateurs fiscaux et monétaires n’a plus sa place ici. Les libertaires sont devenus des parias ostracisés. Le Tea Party s’est éteint quelques instants après sa naissance.

Cela nous amène au vice-président de la Fed, Richard Clarida, qui a déclaré récemment lors d’une interview à CNBC que la Fed n’augmentera pas les taux d’intérêt tant qu’il n’y aura pas un taux d’inflation de 2 % pendant toute une année. Non seulement cela, mais l’ancien vice-président Alan Blinder a déclaré dans une récente interview à Bloomberg qu’il y aurait « une coopération harmonieuse entre le Trésor et la Fed ». N’êtes-vous pas soulagé ? Autant pour la séparation entre le Trésor et la Fed. La secrétaire au Trésor Janet Yellen travaillera bien avec le titulaire actuel de son ancien poste (le président de la Fed, M. Powell) pour s’assurer que le pouvoir d’achat de votre épargne sera détruit à un rythme encore plus rapide qu’il ne l’est déjà.

À VOIR AUSSI  Le plan de sauvetage américain : Les effets du troisième tour

Le ratio dette/PIB de notre pays a maintenant dépassé les 130 %. Plus important encore, cette dette a augmenté pour atteindre 800 % de l’ensemble de nos recettes fédérales annuelles. Nous sommes devenus une nation insolvable avec des déficits annuels qui ressemblent à ceux d’une république bananière. Ils ajoutent 15 % du PIB par an à l’ensemble du tas de fumier insolvable. Ce montant record de la dette sera bientôt détenu dans le contexte d’une inflation en hausse rapide due à la monétisation par la Fed des paiements directs du gouvernement au secteur privé. Tout cela se produira au moment où le marché s’inquiétera du fait que l’acheteur aveugle de 120 milliards de dollars de dette chaque mois (la Fed) devra un jour commencer à retirer son offre pour ces obligations. Peut-être que cela se produira non pas tant par crainte de l’inflation de la part de la Fed – les banques centrales sont maintenant complètement séduites par l’idée d’une inflation plus élevée – mais plutôt en raison de la réaction du marché obligataire à l’inflation. La flambée des rendements entraînera une ruée des principaux acteurs qui tenteront de vendre avant la Fed et fera s’effondrer les prix des obligations.

Le problème ici est que chaque cycle d’expansion/récession induit par la Fed a servi à rendre l’économie et le marché dépendants de taux d’intérêt de plus en plus bas. La moyenne historique du taux des fonds fédéraux (Fed Funds Rate, FFR) a été d’environ 5,5 %. Cependant, il n’a fallu que 5,25 % en juin 2006 pour que le marché de l’immobilier et l’économie mondiale dans son ensemble s’effondrent. Le FFR était encore inférieur de 25 points de base à la moyenne, mais il était trop élevé pour soutenir la bulle immobilière et la dette qui en découle. De même, en décembre 2018, le taux de change était retombé à seulement 2,5 %. Néanmoins, ce taux inférieur a été suffisant pour faire s’effondrer le REPO et le marché boursier, poussant la Fed à se retirer une fois de plus de son cycle de hausse des taux. Cela a été vrai même si ce taux était bien inférieur à la moitié de sa moyenne.

La simple vérité est que les évaluations des prix des actifs ont grimpé à un niveau qui n’avait de sens que dans un environnement de taux d’intérêt très bas. Il en va de même pour la dette, qui avait atteint un niveau intenable sans un service de la dette quasi nul.

À VOIR AUSSI  Comment le commerce réduit presque entièrement le gaspillage alimentaire

Aujourd’hui, le niveau de la dette et le prix des actifs ont battu tous les records et toutes les mesures d’évaluation antérieurs. Il est donc logique de supposer que le niveau des taux d’intérêt nécessaire pour faire basculer le marché et l’économie est bien inférieur au niveau record précédent de 2,5 %. Le rapport entre le marché total et le PIB à la fin de 2018 n’était « que » de 123 %. Aujourd’hui, il avoisine dangereusement les 200 %. De même, la dette non financière totale était de 260 % à la fin de 2018. Ce ratio s’élève aujourd’hui à 310 %. Cette combinaison d’une dette record, qui vient s’ajouter à une bulle boursière historique, garantit que la prochaine incursion de la Fed dans la normalisation des taux d’intérêt ne durera pas très longtemps avant que l’édifice artificiel tout entier ne s’effondre à nouveau. Cela est d’autant plus vrai que le taux actuel d’EQ (120 milliards de dollars par mois) est 50 % plus élevé qu’il ne l’a jamais été auparavant.

Le fait est que M. Powell et sa cohorte de faux-monnayeurs ne pourront jamais normaliser les taux d’intérêt, même de loin. Oubliez la hausse des taux ; il est fort probable qu’ils ne pourront même pas sortir de l’EQ cette fois-ci sans craquer les marchés. La seule grâce pour les investisseurs sera d’éviter le mantra de Wall Street qui consiste à détenir passivement un portefeuille diversifié d’actions et d’obligations. Ils doivent plutôt gérer activement ces cycles entre l’inflation et la déflation. Cela est d’autant plus impératif que chaque cycle progressif d’expansion/récession devient plus déstabilisant et pernicieux.

(Image présentée par Pixabay via Pexels)

AVERTISSEMENT : Cet article a été écrit par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de Born2Invest, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre Clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots « croire », « projeter », « estimer », « devenir », « planifier », « vouloir » et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces divulgations importantes.

Rubriques Connexes :

Xavier Mercoux

Xavier Mercoux

Xavier MERCOUX, auteur depuis toujours, s’intéresse de près aux entreprises innovantes, au secteur financier, Wall Street et aux intérêts des actionnaires. Ses domaines de spécialisations, apporte des réflexions portant le plus souvent sur les innovations technologiques, les start-up ou encore les derniers développements dans la crypto.