Le plan de sauvetage américain : Les effets du troisième tour

La comparaison la plus proche dans l'histoire américaine de la situation actuelle de la dette serait immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, lorsque la dette équivalait à 112 % du PIB, alors qu'aujourd'hui le rapport dette/PIB est de 130 %, le plus élevé jamais atteint. Après la Seconde Guerre mondiale, l'Amérique a retrouvé une assise financière solide à la fin des années 1950, grâce à une baisse spectaculaire des dépenses de défense et à une forte croissance du PIB réel.
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur email

Si vous avez écouté le dernier épisode de mon podcast, The Kuderna Podcast, dans lequel j’ai interviewé l’économiste Donald Vandegrift, vous avez probablement la dette et l’inflation à l’esprit. L’administration Biden vient de revigorer ce débat déjà très populaire avec l’adoption du plan de sauvetage américain le 11 mars. Il s’agira de la troisième série de mesures de relance massive en moins d’un an.

Pour préparer le terrain à ce qui peut facilement devenir un déluge de chiffres, il convient de jeter un regard pratique sur les choses. Un trillion de dollars peut sembler être un chiffre désinvolte ; mais à quel point est-il difficile de dépenser réellement un trillion de dollars ? Si vous dépensiez un dollar par seconde, vous auriez dépensé 1 million de dollars en douze jours. Au même rythme, il vous faudrait 32 ans pour dépenser 1 milliard de dollars. Par contre, 1 trillion de dollars, cela prendrait plus de 31 000 ans.

La dernière série de mesures de relance coûte 1 900 milliards de dollars, soit près de 50 % du budget annuel normal des États-Unis. Si l’on ajoute à cela les deux projets de loi adoptés sous l’administration de Trump, soit 2 000 milliards de dollars en mars 2020 et 915 milliards de dollars en décembre 2020, on obtient plus de 4 800 milliards de dollars de dépenses imprévues en douze mois. À eux seuls, ces projets de loi équivalent presque au montant total de la dette américaine au début du millénaire, soit 5,65 billions de dollars.

Alors, qu’est-ce qu’il y a dedans ? L’élément le plus populaire sera peut-être la poursuite de la distribution de chèques de relance au peuple américain. Cette série de chèques distribuera 1 400 dollars par personne aux personnes déclarant un revenu individuel inférieur à 75 000 dollars ou 150 000 dollars aux personnes déclarant un revenu conjoint. Environ la moitié du montant total alloué, soit 242 milliards de dollars, a déjà été versée en 90 millions de paiements. Ce premier lot a été versé à ceux qui ont rempli leur déclaration d’impôt en indiquant les informations relatives au dépôt direct. Un autre élément clé concerne les quelque 20 millions d’Américains au chômage, le projet de loi augmentera les prestations de 300 dollars par semaine jusqu’au 6 septembre 2021, et les premiers 10 200 dollars pourront désormais être exonérés d’impôt. Voici d’autres avantages notables…

  • 130 milliards de dollars pour les écoles K-12
  • 350 milliards de dollars pour les gouvernements étatiques, locaux et tribaux
  • 20 milliards de dollars pour le développement de vaccins
  • Nouvelles subventions pour Obamacare
  • Augmentation du crédit d’impôt pour enfants
  • 50 milliards de dollars d’aide directe aux petites entreprises (2 % du projet de loi)
  • Augmentation de 15% des prestations SNAP (Supplemental Nutrition Assistance Program)
  • Tout prêt étudiant annulé entre 2021 et 2025 sera considéré comme un événement non imposable.
    • Biden a promis, lors de sa campagne, d’effacer 10 000 $ de la dette des prêts étudiants de chaque personne.

Alors que les démocrates vantent déjà les mérites de cette loi comme étant la meilleure jamais adoptée pour les travailleurs américains, le projet de loi n’a pas reçu un seul vote républicain à la Chambre ou au Sénat. Les républicains ont fait valoir que le projet de loi est beaucoup trop important pour une économie en reprise, qu’il donne au gouvernement fédéral un pouvoir permanent trop important et qu’il ne fait pas assez pour les petites entreprises (par exemple, la loi CARES a réservé 400 milliards de dollars aux petites entreprises, soit 20 % de son projet).

À VOIR AUSSI  Esports 2021 : Blizzard, Riot games et formation s'orientent vers les jeux sur mobile

La comparaison la plus proche dans l’histoire américaine de la situation actuelle de la dette serait immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, lorsque la dette équivalait à 112 % du PIB, alors qu’aujourd’hui le rapport dette/PIB est de 130 %, le plus élevé jamais atteint. Après la Seconde Guerre mondiale, l’Amérique a retrouvé une assise financière solide à la fin des années 1950, grâce à une baisse spectaculaire des dépenses de défense et à une forte croissance du PIB réel. En outre, le « baby-boom », c’est-à-dire le fait que les GI’s de retour au pays se marient et fondent des familles, a contribué à une évolution démographique positive.

Les facteurs actuels sont certainement différents puisque les dépenses de défense ne sont que le troisième poste budgétaire le plus important, derrière Medicare/Medicaid et la sécurité sociale. Quant au « baby-boom », la Brookings Institution a déclaré que l’Amérique se dirigeait vers un « baby bust important et durable ». Toutefois, la croissance démographique pourrait prendre une autre forme, puisque le nombre d’immigrants vivant aux États-Unis a plus que quadruplé depuis 1965.

La question reste posée : un marché boursier record, la solvabilité des petites entreprises et les finances des ménages vont-ils s’habituer et devenir dépendants des mesures de relance gouvernementales ? Le temps nous le dira.

_

(Image en vedette par geralt via Pixabay)

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ : Cet article a été écrit par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de Born2Invest, sa direction, son personnel ou ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut inclure des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots  » croire « ,  » projeter « ,  » estimer « ,  » devenir « ,  » planifier « ,  » sera « , et d’autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux discutés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont fondées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer sensiblement de tout énoncé prospectif, qui ne reflète que l’opinion de la direction de la société à la date du présent document. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Sylvie Garnier

Sylvie Garnier

Sylvie GARNIER, économiste et auteure, elle est spécialisée en marchés financiers et crowdfunding ainsi que les développements économiques . Ses années d’enseignement aux États Unis et son expérience à Wall Street, fait de Sylvie une auteure experte. Elle souhaite transmettre ses connaissances à travers ses articles clairs et concis.