600 dollars vous rendraient-ils heureux ?

Lundi soir, le Congrès a adopté un plan de sauvetage de 900 milliards de dollars. Une fois de plus, le peuple américain, du moins les célibataires gagnant moins de 75 000 dollars ou les couples gagnant moins de 150 000 dollars, vont bénéficier d'une nouvelle prime sous forme de chèques de 600 dollars, soit la moitié de ce qu'ils ont reçu la dernière fois. Parmi les autres éléments notables de ce projet de loi, on peut citer 284 milliards de dollars pour des prêts PPP remboursables, 300 dollars par semaine pour des allocations de chômage améliorées
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur email

Vous vous souvenez de ce beau chèque de 1 200 $ que vous avez reçu par la poste au printemps ? Pas vraiment, tu réponds , en fait oui je pense que peut-être, on n’a pas reçu ça en été pour quelque chose ? Si tu ne te souviens pas pourquoi ou d’où venait cet argent, ne t’inquiète pas, tu ne dois pas rembourser ton cousin. Qui pourrait blâmer un peu d’oubli dans le brouillard morne qui a englouti l’année 2020. Depuis que l’oncle Sam a gentiment engraissé nos portefeuilles, des entreprises ont fermé, rouvert (en quelque sorte), fermé (en quelque sorte), et puis certaines ont rouvert, je suppose ? Les parents ont trouvé un équilibre entre une nouvelle situation de travail à distance et l’enseignement quotidien à leurs enfants grâce à une demi-journée virtuelle d’école à domicile. Et oh oui, pendant que l’hôtesse était obligée de vous gronder pour avoir baissé votre masque avant d’atteindre le bar bondé, nous pouvons maintenant tous nous reposer puisque le COVID n’infecte pas les personnes assises, il y a eu quelques protestations et puis une élection tranquille. Que vous ayez oublié ou non cette bosse de 1 200 dollars, ou qu’elle ait peut-être été ignorée en raison d’un exercice financier solide en 2019, elle était là. Et elle a coûté à notre pays plus de 218 milliards de dollars. Mais bon, qui compte ?

Ces fameux, ou tristement célèbres, chèques faisaient partie de la loi CARE de 2,2 trillions de dollars adoptée en mars 2020. Il s’agissait en quelque sorte d’un prêt-relais destiné à faire traverser à l’économie américaine un déluge de catastrophes financières qui ne manqueraient pas de se faire sentir en cas de fermeture du pays. Aujourd’hui, alors que le coronavirus continue d’être présent et que le peuple américain adopte prudemment un vaccin, le déluge économique s’est étendu, laissant les politiciens réclamer un pont plus important.

Le président Donald Trump a régulièrement déclaré que le remède, faisant référence aux fermetures et aux quarantaines, ne peut pas être pire que le problème, COVID-19. Alors que ce débat politisé continue de faire rage, la relance est présentée comme la seule solution logique pour renflouer un pays qui opte pour la sécurité plutôt que pour l’entreprise. Entrez dans le deuxième tour.

Lundi soir, le Congrès a adopté un plan de sauvetage de 900 milliards de dollars. Une fois de plus, le peuple américain, du moins les célibataires gagnant moins de 75 000 dollars ou les couples gagnant moins de 150 000 dollars, vont bénéficier d’une nouvelle prime sous forme de chèques de 600 dollars, soit la moitié de ce qu’ils ont reçu la dernière fois. Parmi les autres éléments notables de ce projet de loi, citons 284 milliards de dollars pour les prêts PPP non remboursables, 300 dollars par semaine pour l’amélioration des allocations de chômage, 82 milliards de dollars pour permettre aux prestataires de services éducatifs de rouvrir les classes en toute sécurité, 13 milliards de dollars pour les bons d’alimentation et 25 milliards de dollars pour l’aide au loyer. Les allocations de chômage améliorées ajouteront 300 dollars par semaine aux allocations de chômage normales de l’État, jusqu’au 14 mars 2021.

À VOIR AUSSI  Les bonnes pratiques du marketing pour les petites entreprises

« Bien que l’accord ait des mois de retard et ne suffira probablement pas à empêcher un hiver rigoureux, c’est mieux que rien », a déclaré Gregory Daco, économiste américain en chef à Oxford Economics. Donc, ça ne marchera peut-être pas vraiment, mais encore une fois, qui compte ? Pas le leader de la minorité au Sénat, Chuck Schumer, un démocrate de New York, qui a déclaré que le projet de loi est « … juste un premier pas ».

Ce dernier plan de relance va également étendre les 600 dollars de paiements directs aux « ménages à statut mixte », avec des conjoints ou des enfants qui ne sont pas citoyens et n’ont pas de carte verte, ou sont sans papiers. Cette aide sera également rétroactive à la loi CAREs. Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a promis que les gens commenceraient à recevoir ces chèques dès la semaine prochaine, juste à temps pour payer de nouveaux cadeaux de Noël.

Je suis sûr que cette année, vous avez entendu le mot « sans précédent » un nombre de fois sans précédent. Il est très facile d’ignorer les chamailleries au Capitole lorsque vous ne savez pas quand vos enfants quitteront TikTok et retourneront à l’école, ou pourquoi Walmart est plein à craquer mais que votre magasin d’en face est fermé depuis des mois. Même lorsque vous essayez de vous concentrer, le concours de pisse des médias 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, et le délire des médias sociaux, peuvent être distrayants. Prenons une grande respiration et regardons les faits tels qu’ils sont.

En 2019, le produit intérieur brut (PIB) des États-Unis s’élevait à 21 500 milliards de dollars, ce qui représente près de 25 % de la production économique mondiale de 87 200 milliards de dollars. À titre de comparaison, la Chine, la seule autre superpuissance, avait un PIB de 14,14 billions de dollars. La Californie, avec un PIB de plus de 3 billions de dollars, a une production économique à elle seule supérieure à celle de toute l’Inde, soit 2,9 billions de dollars. Mais comme tout chef d’entreprise encore en activité pourra en témoigner, les flux d’entrée ne représentent que la moitié de l’équation.

Voici les tendances des flux entrants et sortants en Amérique. Lorsque le président Bill Clinton est entré en fonction en 1993, après le boom économique sous Reagonomics et la première administration Bush, les dépenses fédérales s’élevaient à 1,41 trillion de dollars, la dette nationale à 4,35 trillions de dollars et le PIB américain à 6,58 trillions de dollars. Lorsqu’il a quitté son poste en 2001, les dépenses fédérales s’élevaient à 1,86 trillion de dollars, la dette nationale était en légère hausse à 5,77 trillions de dollars et le PIB était de 10,06 trillions de dollars. Après le 11 septembre, quelques guerres et la Grande Récession, le président Bush a quitté son poste en 2009, les dépenses fédérales s’élevant à 3,11 billions de dollars, la dette nationale dépassant 10,41 billions de dollars et le PIB atteignant 14,10 billions de dollars. Le président Barack Obama a pris la relève pour les deux mandats suivants et a quitté le pouvoir en 2017, alors que les dépenses fédérales s’élevaient à 3,98 billions de dollars, que la dette nationale avait doublé pour atteindre 19,90 billions de dollars et que le PIB était inférieur à 19,49 billions de dollars. À la fin de la présidence de M. Trump, les dépenses fédérales pour l’année fiscale 2020 s’élevaient à 6,5 billions de dollars, la dette nationale s’élève actuellement à 27,52 billions de dollars et le PIB prévu pour cette année sans précédent est bien inférieur à 20,66 billions de dollars. Il ne faut pas être statisticien pour constater que la dette a rapidement dépassé notre production économique, sans aucun signe de ralentissement.

À VOIR AUSSI  Cadena va créer sa propre filiale Fintech et se lancer dans les services aux PME

Si vous commencez à vous déconnecter à nouveau, alors que des chiffres d’une telle ampleur sont déplacés avec tant de désinvolture, permettez-moi d’illustrer à quoi ressemble réellement un trillion de dollars ? Ce billet de 100 dollars que nous convoitons tous peut tenir confortablement dans votre portefeuille. Cent d’entre eux, ou 10 000 dollars, peuvent en fait tenir dans votre poche. Cent paquets de 10 000 $, ou 1 million de dollars, peuvent tenir dans un sac de sport. 100 sacs de sport, ou 100 millions de dollars peuvent tenir sur une palette standard. Par conséquent, 10 palettes remplies de billets de 100 $ équivaudraient à un milliard de dollars. Maintenant, un trillion, c’est 1 000 milliards.

L’Amérique doit battre le Coronavirus. L’Amérique doit restaurer l’économie. La jeunesse américaine doit retourner à l’école. Mais à quoi devrait ressembler le chemin de la reprise ? Un don de 600 dollars est-il suffisant ? 1 200 dollars ? Et 5 000 ou 10 000 dollars ? À quel moment est-ce suffisant pour la personne, mais trop pour le gouvernement ? Les générations montantes sont connues pour s’adonner à des conversations financières lorsqu’elles abordent l’épidémie de prêts étudiants. Les politiciens, dans un effort pour aider et/ou apaiser ces électeurs, ont promis toutes sortes d’allègements éventuels des prêts étudiants. Mais posez-vous la question suivante : de quoi les générations futures auront-elles à supporter si le gouvernement continue à payer pour ce problème ?

__

(Image présentée par Geralt via Pixabay)

AVERTISSEMENT : Cet article a été écrit par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de Born2Invest, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre Clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots « croire », « projeter », « estimer », « devenir », « planifier », « vouloir » et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces divulgations importantes.

Rubriques Connexes :

Sylvie Garnier

Sylvie Garnier

Sylvie GARNIER, économiste et auteure, elle est spécialisée en marchés financiers et crowdfunding ainsi que les développements économiques . Ses années d’enseignement aux États Unis et son expérience à Wall Street, fait de Sylvie une auteure experte. Elle souhaite transmettre ses connaissances à travers ses articles clairs et concis.