Des moyens éprouvés pour réduire les risques des entreprises en phase de démarrage

Il n'est jamais justifiable qu'une petite start-up investisse massivement dans son infrastructure pour honorer des commandes en gros dès le début. Même s'ils établissent des plans détaillés, les entrepreneurs ne connaîtront jamais avec certitude la projection exacte de la demande. C'est pourquoi les jeunes pousses doivent réduire leurs frais généraux de démarrage, car il y a trop d'ambiguïté
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur email

Des grandes sociétés aux petites et moyennes entreprises, les entreprises de toutes sortes sont confrontées à un certain risque inhérent. Certaines peuvent être plus petites et peuvent être traitées rapidement, tandis que d’autres sont si dangereuses qu’elles peuvent remettre en cause l’existence même de l’entreprise. Nous constatons que le mot à la mode « gestion des risques d’entreprise » est souvent utilisé par de nombreux entrepreneurs et gestionnaires de risques financiers. Les entreprises investissent des sommes folles pour devenir expertes en la matière. Jusqu’à présent, nous constatons que la gestion prudentielle des risques peut se faire lorsque les employés et les propriétaires collaborent étroitement et exécutent efficacement des politiques spécifiques prédéfinies dans leur entreprise.

Le marché ne manque pas d’histoires d’horreur sur les start-ups en difficulté. Les statistiques sont tout aussi inquiétantes. Par exemple, plus de la moitié de ces start-ups ne durent pas plus de cinq ans et plus de 80% des startups finissent par échouer. Cependant, au milieu de ces chiffres effrayants avec les échecs des start-ups, je ne pense pas que quiconque devrait abandonner son idée d’entreprise de rêve. À mon avis, cela devrait être une raison de se pencher longuement et sérieusement sur les raisons de l’échec des start-ups et sur ce qui devrait être fait pour éviter ces risques par une analyse critique.

En mettant en œuvre une stratégie bien documentée de réduction des risques, vous protégerez votre entreprise contre de nombreux problèmes et pièges qui peuvent finalement vous faire échouer. Elle améliorera également l’efficacité et la productivité à long terme de votre entreprise. Vous pouvez aussi devenir plus proéminent et meilleur dans ce que vous avez toujours pensé de votre entreprise.

Prendre une décision commerciale exige que vous assumiez automatiquement un risque inhérent d’échec qui peut se présenter sous de nombreuses formes – moins de capital à brûler, une concurrence très rude, des besoins réels du marché moins importants et d’autres défis connexes. Les jeunes entrepreneurs en herbe estiment généralement que ce pari mérite d’être pris au sérieux. C’est parce qu’ils y voient une façon d’être maître de leur destin, de transformer la vie des autres, d’avoir leur propre calendrier de travail. Dieu merci, il est vraiment possible d’atténuer les risques des entreprises en phase de démarrage par des mesures calculées, calibrées et intelligentes. Je vous présente ici quelques moyens éprouvés pour réduire les risques de votre entreprise au cours des premières étapes.

Diversification des services et des produits des entreprises

Un vieux proverbe dit qu’il ne faut pas mettre tous les œufs dans le même panier. Peu importe que vous soyez un prestataire de services ou un fournisseur de produits, la diversification est toujours une excellente stratégie commerciale. Elle permet d’offrir à vos clients de multiples options qui facilitent l’apport de flux de revenus supplémentaires pour l’entreprise. De plus, si vous diversifiez vos services et vos produits, l’intérêt des gens pour votre entreprise restera intact. Parfois, cela peut vous donner un avantage sur vos concurrents immédiats. Ainsi, si vous faites partie de ceux qui ne proposent qu’un seul produit ou service, le moment est venu d’en proposer davantage. En outre, veillez à ne pas faire de compromis sur la qualité dans la recherche de plusieurs options dans un même tableau.

À VOIR AUSSI  Les bonnes pratiques du marketing pour les petites entreprises

Documenter les transactions cruciales

Il serait très avantageux pour votre entreprise d’introduire une habitude de documenter les transactions réelles dans votre entreprise en phase de démarrage, comme les coûts d’exploitation, la fiscalité, les ventes, etc. Veillez également à ce que les employés de votre entreprise le fassent correctement, des bilans aux contrôles. L’élaboration de procédures opérationnelles standard pour la documentation – permettant de minimiser les erreurs, les fraudes et les vols – sera sans aucun doute utile. Si vous restez sérieux dans la partie documentation, vous pouvez facilement suivre où va votre argent et d’où il vient. Sur la base de cette évaluation, vous pouvez rapidement déterminer si votre politique de dépenses est réellement prudente ou non. Cela vous donnera un avantage sur vos concurrents, car de nombreux jeunes entrepreneurs ne dépensent pas leur argent de manière judicieuse.

Développer une compréhension de la loi

Avoir une compréhension de base des conformités juridiques devrait être une considération cruciale lors de l’entreprise en démarrage. En tant qu’entrepreneur, vous devez avoir une connaissance fondamentale des lois économiques, des lois commerciales, des lois environnementales et du droit du travail. Pour ce faire, vous pouvez vous faire aider par un avocat spécialisé dans la création d’entreprise, qui vous donnera des conseils professionnels sur les réglementations applicables à votre entreprise et sur la manière d’éviter les sanctions en cas de non-respect. On constate souvent que les jeunes entrepreneurs sont naïfs quant aux pièges et aux processus. Une grande majorité d’entre eux ne connaissent même pas l’ABC du droit et ils engagent trop d’avocats. Les questions juridiques liées à l’entreprise deviennent un post-scriptum, car les entrepreneurs sont davantage axés sur l’embauche, le financement et le produit. Les entrepreneurs doivent comprendre que le droit exige une attention particulière, et qu’il est aussi essentiel que tout autre aspect de l’entreprise.

Réduction des frais généraux fixes des entreprises

Il n’est jamais justifiable qu’une petite startup investisse massivement dans son infrastructure pour honorer des commandes en gros dès le début. Même s’ils établissent des plans détaillés, les entrepreneurs ne connaîtront jamais avec certitude la projection exacte de la demande. C’est pourquoi les jeunes pousses devraient réduire leurs frais généraux de démarrage, car il y a trop d’ambiguïté. Elles ne peuvent jamais savoir si leurs investissements initiaux dans l’infrastructure sont recouvrables à partir des commandes initiales en gros. Heureusement, il existe un moyen pour les jeunes pousses d’éliminer rapidement une fraction importante de leurs frais généraux de démarrage. Elles devraient développer des relations tactiques avec un réseau de fournisseurs. Cela leur permettrait de réduire au minimum leurs obligations en matière de coûts fixes.

Les entreprises doivent prendre des décisions intelligentes en matière d’externalisation

L’externalisation des parties de l’entreprise pour lesquelles il existe des organisations d’experts qualifiés est une bonne stratégie pour les grandes entreprises et les petites startup. Vous pouvez certainement effectuer certaines tâches en interne. Toutefois, le recours à des organisations professionnelles permet généralement d’obtenir de meilleurs résultats à moindre coût. Il arrive que les entrepreneurs se montrent réticents à l’idée de l’externalisation en raison de la rareté des capitaux. Pourtant, la réalité est que le travail non professionnel peut s’avérer un handicap important à long terme qui peut avoir des conséquences désastreuses par la suite. Certaines parties de l’entreprise, telles que la technologie, la comptabilité et le droit, doivent nécessairement être externalisées à des experts professionnels pour réduire au minimum les services et produits défectueux.

À VOIR AUSSI  5 outils qui vous aident à évaluer les investissements de crowdfund

Startups : se faire aider par les mentors

Je trouve souvent que les entrepreneurs sont un peu hésitants à développer des relations avec des mentors. Même s’ils sont disposéss à le faire, ils ne savent pas par où commencer. Je leur conseille de calculer les coûts d’opportunité entre les dépenses de toute une vie et le fait d’être franc. Un bon mentor d’entreprise peut vous aider à éviter et à répéter les erreurs, à choisir la bonne voie et à accélérer la réalisation de vos objectifs. Selon Forbes, plus de 90 % des dirigeants de start-ups s’accordent à dire que les mentors ont un impact direct sur la croissance et la survie à long terme. Le spécialiste mondial du capital-risque Dale W Wood est d’avis que : « une véritable intention suffirait parfois à attirer l’attention du mentor. Chaque occasion de se connecter peut s’avérer être une chance de poser des questions détaillées ».

Vous pouvez choisir de faire cavalier seul avec vos propres ressources et connaissances, même si cela peut s’avérer très coûteux en termes d’argent et de temps. Un bon mentor d’entreprise donne des conseils impartiaux, est très désireux d’apprendre, d’écouter, de collaborer et aide les entrepreneurs à rester concentrés sur leurs objectifs à long terme, leur but et ce qu’ils essaient de réaliser. Tout ce que les entrepreneurs doivent faire, c’est, tout d’abord, montrer un véritable intérêt pour l’écoute et l’apprentissage.

La conclusion

Ce ne sont là que quelques-uns des postulats qui, je l’espère, aideront les entrepreneurs à réduire les risques qu’ils encourent en début d’activité. En effet, cette liste n’est pas exhaustive, et je suis tout à fait sûr que d’autres aspects ont un rôle essentiel dans le succès ou l’échec d’une entreprise. Toutefois, les entrepreneurs peuvent facilement éviter tout risque grâce à une gestion méticuleuse et à un mécanisme avancé de gestion des risques. Après tout, la réduction des risques de l’entreprise devrait être la considération première de toute startup.

_

(Image présentée par AbsolutVision via Pixabay)

AVERTISSEMENT : Cet article a été écrit par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de Born2Invest, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre Clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots « croire », « projeter », « estimer », « devenir », « planifier », « vouloir » et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces divulgations importantes.

Rubriques Connexes :

Xavier Mercoux

Xavier Mercoux

Xavier MERCOUX, auteur depuis toujours, s’intéresse de près aux entreprises innovantes, au secteur financier, Wall Street et aux intérêts des actionnaires. Ses domaines de spécialisations, apporte des réflexions portant le plus souvent sur les innovations technologiques, les start-up ou encore les derniers développements dans la crypto.