Des horizons plus large avec Uniqorn et la Startup Supercup

La pandémie COVID-19 a attiré beaucoup d'attention sur le travail à distance, même s'il s'agissait d'une tendance établie bien avant que la pandémie ne frappe. Mais au-delà du mouvement de travail à domicile, il existe une autre tendance plus significative, à savoir l'éloignement de la ville, qui voit maintenant des entreprises technologiques en démarrage, des incubateurs et des accélérateurs, comme Uniqorn et la Startup Supercup, s'établir dans les zones rurales.
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur email

Le désir de fuir la ville pour des pâturages plus verts (ou des eaux plus salées…) n’est pas nouveau. C’est une tendance qui a commencé il y a plusieurs décennies – bien avant la lecture de TechCrunch, les fondateurs de startups en ont eu vent – avec des retraités qui voulaient quitter le tourbillon de la vie urbaine pour un style de vie plus tranquille. Mais, malgré la durabilité de cette tendance, elle n’avait jamais réussi à toucher les populations en âge de travailler qui étaient liées à la ville en raison du manque d’opportunités de travail professionnel plus loin. Mais le changement d’attitude, le Covid-19 et les organisations intrépides font tomber ces barrières. Aujourd’hui, des organisations telles que l’incubateur/accélérateur rural français Uniqorn montrent non seulement qu’un déplacement vers les zones rurales est possible, mais elles organisent même un événement technologique international dans les zones rurales de France l’année prochaine : la Startup Supercup.

La Startup Supercup réunira environ 1000 investisseurs et fondateurs de start-ups du monde entier dans un événement qui présente de nombreuses similitudes avec les événements traditionnellement organisés en métropole, comme le TechCrunch Disrupt. Et bien qu’un tel événement (la Startup Supercup) – et plus encore un incubateur/accélérateur – dans une zone rurale aurait été inimaginable il y a seulement quelques années, les temps changent. Les progrès technologiques et l’évolution des mentalités nous poussent dans cette direction depuis quelques années maintenant ; des changements que la COVID-19 n’a fait qu’accélérer.

La COVID-19 a propulsé le travail à distance sous les feux de la rampe, mais il ne l’a pas initié

Si la COVID-19 a fait du travail à domicile une nécessité pour beaucoup, il doit être considéré comme le catalyseur de l’accélération de cette tendance, et non comme la cause. En fait, selon les données de l’UE, 5,4 % de toutes les personnes dans l’UE-27 étaient employées à domicile à temps plein en 2019. Si l’on tient compte de ceux qui travaillaient également à domicile de manière occasionnelle, ce chiffre passe à 9 %. Et ce chiffre représente la part de la population active totale. De nombreux secteurs ne se prêtent pas bien au télétravail, comme celui de la restauration, entre autres.

Si nous examinons les chiffres de plus près, il ne faut pas s’étonner que certains secteurs soient beaucoup plus orientés vers le travail à distance que d’autres. Le plus important d’entre eux – peut-être, sans surprise, l’informatique et les communications – avait déjà plus de 40 % de sa main-d’œuvre engagée dans le travail à distance en 2018.

While a remote startup event at the scale of Startup Supercup is breaking new ground, remote working isn't a new trend.

Et comme d’autres secteurs tels l’éducation et les « services aux entreprises à forte intensité de connaissances » (secteurs comme le droit, la comptabilité, l’architecture, les études de marché, etc.) ne sont pas très loin derrière, il est clair que nous étions déjà quelque peu préparés à la révolution du travail à distance, COVID-19 ou non. Tout ce qui a changé, c’est le rythme auquel elle se déroule.

Mais la présence physique est toujours souhaitée, même parmi les entreprises de technologie de pointe

Malgré la prédisposition de l’industrie technologique aux arrangements de travail à distance, COVID-19 n’a pas fait grand-chose pour la pousser plus loin dans cette direction. En fait, on a vu des géants comme Facebook s’emparer des bureaux de Manhattan tout au long de la pandémie à un rythme qui correspond à l’expansion rapide de sa main-d’œuvre. Et si cette expansion de la grande ville peut être en partie due à l’opportunité offerte par la baisse des loyers qui crée un environnement favorable aux locataires, il y a plus que la chasse aux bonnes affaires.

À VOIR AUSSI  Comment des startups comme Palate Club aident les consommateurs

Pour l’instant, de nombreuses entreprises voient encore l’intérêt d’une présence physique. Selon Nicholas Bloom, professeur d’économie à Stanford et codirecteur du programme de productivité, d’innovation et d’entrepreneuriat du National Bureau of Economic Research, les modalités de travail à temps plein à domicile sont sous-optimales. Il a déclaré : « Il est difficile de rester motivé ou innovant assis dans son salon. Cela ressemble plus à un travail de concert ».

En décomposant ce résumé en son affirmation fondamentale, nous constatons que l’élément essentiel qui fait défaut aux arrangements de travail à domicile est l’interaction humaine. Sans elle, les travailleurs peuvent commencer à se sentir plus isolés – moins comme faisant partie d’une équipe, et plus comme un entrepreneur externe – ce qui peut faire baisser les niveaux d’engagement et de motivation. Il y a aussi les petites choses qui sont extrêmement bénéfiques, en particulier dans les entreprises axées sur l’innovation, comme la possibilité de faire circuler les idées entre collègues et de recevoir un retour d’information immédiat. Personne ne veut programmer une autre réunion Zoom juste pour avoir une conversation de cinq minutes qu’il aurait normalement pu avoir spontanément avec un collègue.

La vision originale du travail à distance

L’origine de l’idée du télétravail a été exposée pour la première fois dans un livre de l’ancien ingénieur de la NASA, Jack Nilles : The Telecommunications-Transportation Tradeoff. Curieusement, la recherche pour ce travail est née d’une autre crise : la crise pétrolière de 1973, qui n’a fait qu’aggraver les problèmes croissants que l’urbanisation massive et le Clean Air Act de 1970 causaient à la culture américaine centrée sur l’automobile.

La vision originale de Nilles voyait les entreprises se déplacer vers les travailleurs, plutôt que les travailleurs se déplacer vers les entreprises. Plus précisément, cela signifiait que les entreprises allaient mettre en place des bureaux satellites plus petits et plus éloignés, plutôt que d’avoir de grands sites centralisés. Mais l’idée n’a jamais vraiment fait son chemin. Les défis techniques posés par la distance, ainsi que les attitudes et les cultures ancrées, ont fait que les lieux de travail ont largement continué à fonctionner comme ils l’avaient toujours fait.

Les difficultés de l’éloignement

Bien qu’il y ait certainement des exemples de nombreuses entreprises géographiquement dispersées (les géants de la technologie qui se sont empressés d’acquérir des bureaux à Manhattan n’en sont que quelques exemples), cela s’est toujours fait dans le cadre du grand modèle de localisation centralisée. Il s’agissait davantage de souhaiter une présence dans les grands centres d’affaires que de « s’éloigner ».

Et, depuis longtemps, c’est aussi par nécessité. L’idée de bureaux satellites éloignés dépend des technologies de communication plus que de toute autre chose. Cela signifie que sans accès à l’essentiel, comme l’internet à haut débit, les endroits vraiment éloignés n’étaient qu’une chimère.

Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. De nombreux pays étant en train de déployer des réseaux de fibres optiques à l’échelle nationale, la distance devient moins un problème. Aujourd’hui, même les entreprises à forte composante médiatique travaillant dans le domaine de la vidéo et d’autres domaines à forte intensité de données peuvent opérer dans des endroits qui, il y a quelques années seulement, n’étaient desservis que par des fils de cuivre dégradés fournissant un accès Internet ADSL de base.

Alors pourquoi Facebook double-t-il la superficie de ses bureaux à Manhattan ?

Les entreprises d’envergure comme Facebook sont confrontées à des problèmes supplémentaires qui vont au-delà de la technologie des communications – elles sont pénalisées par leur taille même. Avec 4000 employés déjà entassés dans leurs bureaux de Manhattan, la décentralisation signifierait se disperser dans des douzaines de bureaux différents. Et, outre la charge administrative qu’entraînerait l’exploitation d’un si grand nombre de sites, restructurer une grande entreprise de manière aussi radicale n’est pas chose facile.

À VOIR AUSSI  Les villes et les états lancent des projets : transports et piétons

Mais, loin des projecteurs que les grandes entreprises comme Facebook et ses autres homologues du GAFA attirent, il y a des opérations plus petites qui commencent à bénéficier de leur capacité à se déplacer vers des endroits éloignés. Grâce à la technologie, et poussées par des attitudes changeantes et le désir d’échapper à l’agitation de la vie urbaine, certaines entreprises intrépides s’installent désormais dans des lieux jusqu’alors inconnus.

Uniqorn débarque à Sarlat-la-Canéda

L’une de ces entreprises est l’incubateur/accélérateur Uniqorn, fondé par l’entrepreneur en série Dominique Einhorn dans la petite ville française de Sarlat-la-Canéda. Mais, malgré le mode de vie attrayant et les loyers plus bas que la ville avait à offrir, ce n’est que le récent déploiement de câbles à fibres optiques à haut débit dans la région qui a permis une telle entreprise.

Mais grâce à une connectivité internet optimale, ce lieu historique et riche en histoire se transforme en un lieu idéal pour l’implantation de jeunes entreprises agiles et rapides. Désormais, grâce à l’ajout d’un réseau de soutien et à l’accès aux investisseurs et aux financements qu’Uniqorn fournit, les fondateurs et les employés en début de carrière peuvent profiter du mode de vie d’une petite ville – plus d’espaces verts, des temps de trajet réduits au minimum et, ce qui est particulièrement important pour les jeunes pousses qui épuisent encore leurs réserves de trésorerie, des loyers beaucoup plus bas – sans les inconvénients qu’un tel déménagement a déjà entraînés.

La première Startup Supercup montre la compatibilité entre le monde rural et les technologies

Si la mise en place d’un incubateur/accélérateur dans un lieu éloigné ne suffisait pas déjà, Uniqorn accueillera la Startup Supercup en octobre prochain. L’événement, qui accueillera un millier d’investisseurs et de fondateurs de start-ups du monde entier, promet de montrer que l’éloignement est une véritable option pour les entreprises qui veulent prendre de l’avance.

Avec l’événement Startup Supercup et Uniqorn qui attire maintenant des innovateurs dans des domaines comme l’IA et l’apprentissage machine, la réalité étendue, les technologies de pointe, les jeux et le SaaS dans cette ville française profondément traditionnelle, un grand changement par rapport aux modes de pensée précédents est en cours. Ainsi, bien que nous ne voyions pas beaucoup plus de transition vers le style de travail à distance au domicile que COVID-19 nous a imposé, nous commençons déjà à voir un changement sismique vers les endroits éloignés.

__

(Image reproduite avec l’aimable autorisation de Startup Supercup)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été traduit de born2invest.com par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de Born2Invest, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre Clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots « croire », « projeter », « estimer », « devenir », « planifier », « vouloir » et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces divulgations importantes.

Rubriques Connexes :

Xavier Mercoux

Xavier Mercoux

Xavier MERCOUX, auteur depuis toujours, s’intéresse de près aux entreprises innovantes, au secteur financier, Wall Street et aux intérêts des actionnaires. Ses domaines de spécialisations, apporte des réflexions portant le plus souvent sur les innovations technologiques, les start-up ou encore les derniers développements dans la crypto.