ShaMaran, soutenu par le groupe Lundin, est prêt pour un retour post-pandémie dans le secteur du pétrole et du gaz.

L'événement le plus marquant de la pandémie de Covid-19 dans le secteur du pétrole et du gaz a été le jour où le baril de pétrole a atteint un prix négatif. Toutefois, à mesure que le monde se redresse, les entreprises de l'industrie pétrolière qui réussiront devront avoir plus qu'une simple capacité à supporter les chocs de prix. Les conclusions du rapport 2022 de Deloitte sur le pétrole et le gaz suggèrent un nouveau paysage dans lequel les entreprises bien adaptées comme ShaMaran sont prêtes à réussir.
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur email

Selon toute apparence, il semblerait que l’industrie pétrolière et gazière ait connu une période difficile au cours des dix dernières années. Avant même l’arrivée de Covid-19, l’industrie était déjà sous la menace existentielle d’un mouvement croissant en faveur des énergies renouvelables.

Les effets de la pandémie de Covid n’ont fait qu’exacerber les problèmes existants. En raison d’une inadéquation flagrante entre l’offre et la demande, les prix ont chuté à moins de 1 dollar le baril pendant un bref moment en mai, faisant passer la crise de 2014-2016 pour un non-événement relatif.

Mais la reprise post-Covid a été plus forte que prévu. Les prix du pétrole sont en hausse, atteignant des sommets de six ans à plus de 80 dollars le baril. Et, même si la poussée vers les sources d’énergie durables s’intensifie, l’OPEP prévoit toujours une croissance de la demande de pétrole brut dans un avenir prévisible. L’accord conclu récemment lors de la COP26 ne fait que confirmer cette tendance, en indiquant que les dirigeants du monde entier estiment que les sources d’énergie traditionnelles devront continuer à faire partie de la panoplie mondiale pendant de nombreuses années encore.

En effet, si le secteur n’est pas encore à l’abri des risques liés à la surabondance de l’offre, aux tensions géopolitiques et aux cygnes noirs comme Covid (l’a-t-il jamais été ?), il reste néanmoins bien positionné pour au moins la prochaine décennie.

La demande continue de pétrole et de gaz n’est pas synonyme de statu quo.


Cependant, s’il n’y a guère de raison de remettre en question la demande continue de pétrole et de gaz, le paysage industriel a considérablement changé. Dans ses perspectives pour 2022, Deloitte souligne que les entreprises ne peuvent plus se contenter de survivre aux cycles habituels de fluctuations des prix.

Deloitte poursuit en identifiant plusieurs tendances clés qui entraînent des changements dans l’industrie. Il s’agit notamment d’une augmentation des facteurs ESG dans les considérations relatives aux fusions et acquisitions. Les entreprises chercheront à se défaire d’actifs à forte intensité de carbone pour se constituer des portefeuilles à faible intensité de carbone.

Un autre élément clé sera la capacité à faire face au resserrement des marges, en particulier sous la menace permanente de chocs pétroliers. Dans ce cas, de faibles coûts d’OFS seront essentiels pour maintenir la viabilité, en particulier lorsque l’offre de producteurs comme les exploitants de schistes américains cherchera à augmenter à nouveau.

Pour lutter contre ces tendances, Deloitte identifie plusieurs stratégies que les entreprises pétrolières et gazières devront mettre en œuvre pour rester viables dans le climat actuel. Il s’agit notamment de la nécessité de rationaliser et d’optimiser les portefeuilles de ressources, et de prendre en compte des exigences ESG supplémentaires à mesure que l’attention portée au climat s’intensifie.

ShaMaran fournit un modèle pour une industrie pétrolière en mutation


ShaMaran Petroleum Corp. (TSXV : SNM | OMX : SNM) a une longueur d’avance pour naviguer sur le nouveau terrain de jeu du pétrole et du gaz. Cette société canadienne indépendante et innovante de développement et d’exploration pétrolière a élaboré un plan de match qui correspond exactement aux prévisions de Deloitte. De plus, ShaMaran avait déjà fait ses preuves en matière de gestion de l’environnement et de responsabilité sociale avant la pandémie, ce qui lui permet d’aller de l’avant.

« Il y a beaucoup de discussions sur l’avenir de l’industrie et sur ce qu’elle doit faire pour répondre à la post-pandémie et se placer à l’avant-garde de la production d’énergie responsable. Je pense que ce que fait ShaMaran en termes de normes environnementales et de collaboration avec les communautés est un modèle pour ce que les autres entreprises doivent faire pour aller de l’avant. »

Le soutien du groupe Lundin sert de modèle à Deloitte qui met l’accent sur l’optimisation des actifs.

ShaMaran a survécu au tumulte des 18 premiers mois de la crise du COVID-19 en grande partie parce qu’elle appartient au groupe de sociétés Lundin. Ce groupe de 12 sociétés publiques gérées individuellement et axées sur le secteur des ressources naturelles partage son expertise, son évaluation, ses conseils et son financement. Le groupe a acquis la réputation d’exécuter et de développer des projets selon des normes élevées et à la satisfaction des parties prenantes.

Au cours des premiers stades de la pandémie, le soutien du Lundin Group a été essentiel pour que ShaMaran obtienne l’approbation de son refinancement par les détenteurs d’obligations de la société. La proposition a permis à la société d’utiliser ses liquidités disponibles de plus de 15 millions de dollars américains pour racheter ses obligations, ce qui constituait la dernière pièce d’un accord négocié précédemment.

À VOIR AUSSI  Esports 2021 : Blizzard, Riot games et formation s'orientent vers les jeux sur mobile

« Nous avons eu le privilège de bénéficier d’un soutien solide du groupe Lundin au fil des ans », déclare Chaouch. « Leur soutien nous a aidés à prendre les dispositions dont nous avions besoin pour rester une entreprise viable. »

Le projet de bloc Atrush de ShaMaran, de classe mondiale, double de taille et atteint une étape clé de la production
« Nous sommes très heureux de franchir cette étape importante. Nous disposons d’un actif de classe mondiale qui a produit de manière constante et qui continuera à produire à l’avenir. » – Dr Adel Chaouch, président et directeur général, ShaMaran Petroleum Corp.

En surmontant la crise initiale de la pandémie, ShaMaran a pu se concentrer sur ses principaux actifs et en acquérir de nouveaux. L’épine dorsale du portefeuille de la société est le bloc Atrush, un champ pétrolifère de grande qualité situé dans la région du Kurdistan, dans le nord de l’Irak.

ShaMaran détient une participation de 27,6 % dans le contrat de partage de production du bloc Atrush.

Le bloc s’étend sur 269 km² et le total du pétrole découvert en place est estimé entre 1,6 et 2,6 milliards de barils.

Malgré tous les défis qu’elle a dû relever pour faire face à la pandémie et à la situation politique complexe du Moyen-Orient, ShaMaran a vu sa production de pétrole augmenter de 39 % en 2020 par rapport aux totaux de 2019. Cela a aidé l’entreprise à atteindre le repère important d’une production cumulée de plus de 50 millions de barils.

ShaMaran est prêt à profiter du retour du pétrole et du gaz après la pandémie.


Le plan de match post-pandémie de ShaMaran lui a permis non seulement de survivre, mais aussi de prospérer dans l’espace turbulent de la « nouvelle normalité » du pétrole et du gaz. En juillet, la société a conclu un accord avec TotalEnergies pour acquérir sa participation dans la licence Sarang, également au Kurdistan et juste au nord du bloc Atrush. ShaMaran détient ainsi une participation de 18 % dans les opérations de Sarang, ce qui double effectivement la taille de la société.

L’année a été difficile pour le secteur pétrolier et gazier, avec l’effondrement des prix du pétrole brut et la série apparemment interminable de crises découlant de la pandémie de COVID-19. En avril 2020, la demande mondiale de pétrole a connu une chute vertigineuse de 25 %. Les entreprises pétrolières et gazières américaines ont licencié environ 14 pour cent de leurs employés permanents en 2020 et les recherches de Deloitte prévoient que 70 pour cent des emplois perdus pendant la pandémie pourraient ne pas revenir d’ici la fin 2021.

ShaMaran positionné pour prospérer en 2022


Pour ce qui est de l’avenir, la société est prête à profiter de l’amélioration des prix du pétrole, qu’une récente prévision de Barclays évalue à 77 dollars le baril en 2022, soit une hausse de neuf dollars le baril en raison des pénuries d’approvisionnement imminentes. Cela est de bon augure pour ShaMaran, dont la production quotidienne moyenne brute du champ d’Atrush devrait se situer entre 39 000 et 44 000 barils de pétrole par jour.

M. Chaouch prévoit le maintien d’un solide flux de trésorerie d’exploitation soutenu par un déploiement stratégique de capitaux au cours de l’année à venir.

« C’est une période passionnante et, pour aller de l’avant, nous nous concentrons sur la recherche d’opportunités comme celle que nous avons réalisée avec la licence Sarang », déclare Chaouch.

« Nous allons être opportunistes au fur et à mesure que ces projets deviennent disponibles et tirer parti de notre réseau de contacts et de notre compréhension du paysage pour développer l’entreprise. »

ShaMaran est dans la position enviable des quelques chanceux de l’espace pétrolier et gazier qui ont traversé l’ouragan COVID-19 avec leur maison encore debout et qui sont en mesure d’aider leurs voisins. Alors que le monde émerge de la pandémie, la société offre aux actionnaires potentiels la possibilité de placer leur argent dans un acteur bien établi, prêt à obtenir de bons résultats dans le domaine de l’énergie post-pandémie.

« Les investisseurs verront que nous allons nous concentrer sur la croissance de la production, les flux de trésorerie et l’identification d’autres opportunités pour apporter de la valeur à nos actionnaires », déclare M. Chaouch.

À VOIR AUSSI  Le gaming au-dessus des nuages

« Le maintien de nos actifs actuels et l’acquisition d’autres à l’avenir vont être une priorité très importante pour nous et nos partenaires. »

ShaMaran établit une relation solide avec le gouvernement régional du Kurdistan (GRK)
L’un de ces partenaires clés est le gouvernement régional du Kurdistan (GRK), l’organe dirigeant de la région autonome du Kurdistan, dans le nord de l’Irak. Malgré l’incroyable agitation qui règne au Moyen-Orient en général, le Kurdistan est resté un endroit stable – bien qu’intéressant – pour produire du pétrole et faire des affaires.

« Il faut avoir un appétit d’aventure pour être dans cette partie du monde – nous voyons l’histoire se faire chaque jour. Il y a beaucoup de hauts et de bas, mais notre direction sait comment naviguer dans ce paysage et nous avons d’excellentes relations avec l’ARK et les gens des communautés où nous travaillons », note Chaouch.

À l’horizon 2022, la stratégie de ShaMaran repose sur les mêmes principes qui lui ont permis de traverser la crise de la pandémie : se concentrer sur la croissance de la production, le flux de trésorerie et la constitution de réserves de liquidités.

Rien de tout cela n’aurait été possible sans la constitution d’une équipe qui travaille en harmonie tant au siège que sur le terrain dans le GRK.

« Les membres de notre équipe ont travaillé dans de nombreux endroits dans le monde entier, avec un grand flair et une grande profondeur d’expérience et d’expertise au Kurdistan et dans de multiples endroits. Nous comptons sur toute l’équipe et nous en sommes très satisfaits », déclare M. Chaouch.

ShaMaran aux commandes avec un ESG à la pointe du secteur
Avec la hausse du prix du pétrole et le doublement de la capacité de l’entreprise, ShaMaran est en mesure de créer de la valeur pour ses actionnaires. La stratégie de croissance de la société et la reprise des paiements du gouvernement régional du Kurdistan renforcent également son attrait pour les nouveaux investisseurs qui cherchent à investir dans un secteur pétrolier et gazier revitalisé.

Un autre attrait pour les investisseurs est le programme ESG de ShaMaran, l’un des indicateurs critiques identifiés par Deloitte pour les entreprises qui espèrent réussir dans l’économie énergétique post-pandémique.

L’entreprise continue à développer son programme de réduction des émissions par l’application de technologies renouvelables. Les projets visant à éliminer le brûlage à la torche et les émissions grâce à l’adoucissement du gaz – y compris le remplacement du diesel par le gaz pour la production d’électricité – se multiplient.

ShaMaran continue également à soutenir les communautés en mettant l’accent sur l’utilisation de services et de fournisseurs locaux, ainsi que sur ses initiatives en matière d’éducation et d’agriculture.

La perspective de travailler sur un pied d’égalité, sans subir les secousses sismiques de COVID-19 et avec un plan de match solide, enthousiasme M. Chaouch pour l’avenir.

« Nous vivons des moments très excitants et l’année prochaine nous verrons générer davantage de liquidités pour l’entreprise, car nous envisageons de nombreuses autres opportunités intéressantes.

Pour en savoir plus sur ShaMaran, visitez leur site Web ici.

Pour en savoir plus sur le groupe de sociétés Lundin, cliquez ici.

N’oubliez pas de suivre ShaMaran sur les médias sociaux pour connaître les dernières nouvelles :

Facebook

Twitter

LinkedIn

Instagram

(Image présentée par ShaMaran)

AVERTISSEMENT : Cet article a été écrit par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de Born2Invest, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut inclure des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots  » croire « ,  » projeter « ,  » estimer « ,  » devenir « ,  » planifier « ,  » sera « , et d’autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux discutés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont fondées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer sensiblement de tout énoncé prospectif, qui ne reflète que l’opinion de la direction de la société à la date du présent document. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Rubriques Connexes :

Xavier Mercoux

Xavier Mercoux

Xavier MERCOUX, auteur depuis toujours, s’intéresse de près aux entreprises innovantes, au secteur financier, Wall Street et aux intérêts des actionnaires. Ses domaines de spécialisations, apporte des réflexions portant le plus souvent sur les innovations technologiques, les start-up ou encore les derniers développements dans la crypto.