L’industrie viticole : regard sous la lumière du COVID

Comme de fines fissures dans une précieuse bouteille sous pression, la pandémie a révélé des failles dans l'industrie du vin que nous n'aurions peut-être pas remarquées sans elle. Cette prise de conscience s'accompagne toutefois d'une opportunité : améliorer le secteur vinicole tout en l'adaptant au XXIe siècle. C'est une chance de changement positif, et dans une période comme celle-ci, nous p
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur email

La pandémie de Covid-19 a changé des aspects clés de notre société et a jeté un nouvel éclairage sur de nombreux autres qui en ont besoin. L’industrie viticole n’a pas été épargnée, car la pandémie a contribué à mettre en évidence les difficultés du secteur, notamment pour les consommateurs. Bien que certains innovateurs, comme le Palate Club, tentent de faciliter l’achat de vin, le processus reste embourbé dans les traditions et les pièges du marketing. Il est plus que temps de jeter un regard critique sur ses défauts à la lumière de la pandémie, et de réfléchir à ce qui peut être fait pour y remédier.

La pandémie n’a certainement pas fait baisser notre demande de vin de qualité, mais elle a mis en péril notre accès à un approvisionnement fiable. Les problèmes qu’elle a mis en évidence ne sont pas nouveaux et sont endémiques dans l’industrie du vin. De la recherche d’une bouteille à la découverte de son contenu, le voyage est souvent trop amer (ou si vous êtes un grand buveur de Sauvignon Blanc, trop doux) pour l’estomac, parfois même pour la planète.

Trouver du vin avant ou après Covid-19 : y a-t-il une lumière au fond de la grotte ?

Avant la pandémie, nous pouvions regarder des rangées de bouteilles au magasin, chacune étant une subtile variation du précédent Chardonnay ou Cabernet-Sauvignon. C’était déjà un processus décourageant. La pandémie l’a mis en ligne et a semblé, au début, nous faciliter la vie.

Auparavant, nous devions faire face à une grande variété d’étiquettes accrocheuses, d’appellations étrangères ou nationales dont nous n’avions jamais entendu parler et de flous d’adjectifs vagues sur chaque bouteille. La reconnaissance du nom du cépage et la familiarité avec une marque étaient souvent la seule mesure réelle de la confiance que nous avions en choisissant un vin. Pourtant, en ligne, nous pouvons trouver des informations presque illimitées en consultant les caves, les raisins, les opinions, les évaluations, les historiques et les critiques.

Malheureusement, ces sources sont souvent tout aussi vulnérables à la même morosité marketing. Les blogs affiliés payants sont indissociables des blogs réels, les adjectifs utilisés dans les descriptions sont tout aussi vagues et varient considérablement, même pour un même vin, et les classements des vins ont été remis en question pour cause d’inflation, de collusion et de partialité.

En conséquence, l’industrie du vin est divisée et les clients sont perdus entre les deux. D’un côté, il y a les petits producteurs indépendants qui vivent à peine de la vente directe en ligne ou des partenariats locaux. D’autre part, de grandes entreprises inondent le secteur de produits en vrac fabriqués en masse et commercialisés intelligemment pour dissimuler leur origine ou leur qualité.

La pandémie n’a fait que mettre en évidence l’avantage injuste qui pousse l’industrie du vin à se tourner vers ces conglomérats. Les options vers lesquelles les clients pourraient normalement se tourner, restaurateurs, experts des magasins de vin locaux, etc. sont soudainement hors de portée. Le Palate Club s’est positionné comme une bouée de sauvetage. Bien qu’il soit encore en pleine croissance, il offre aux clients le rôle central dans les décisions d’achat de vin et s’attaque à plusieurs autres défauts du marché du vin.

La pandémie place la santé au centre de tous les débats, même celui sur le vin

Il n’est pas rare aujourd’hui d’avoir des conversations pour se tourner vers la santé. La pandémie a même relancé le débat autour du vin et des modes de vie sains. Elle a mis en lumière le rôle unique du vin dans l’alimentation saine des Méditerranéens, et les avantages qu’il pourrait avoir si nous le libérions des problèmes de l’industrie.

Le vin a été placé sous les feux de la rampe dans les années 90 dans le cadre de la résolution du « French Paradox ». La recherche a opposé la longévité et la santé cardiaque des Français à leur régime alimentaire riche en fromage et en viande. Le vin, le vin rouge en particulier, est apparu comme un facteur explicatif important. La recherche a montré que les fortes concentrations de resvératrol et de plusieurs autres macromolécules pouvaient renforcer le système circulatoire (voir la revue médicale 2019 « Red Wine Consumption and Cardiovascular Health »), avec des bénéfices s’étendant à une santé physique ou mentale plus large.

À VOIR AUSSI  10 tactiques de marketing Instagram pour les entreprises en B2B

Pourtant, pour que les bienfaits du vin sur la santé puissent être exploités, il faut deux choses que la pandémie rend encore plus difficiles : la modération et les vins de qualité. La première est assez évidente, la surconsommation d’alcool est bien connue pour être néfaste. La pandémie a réduit la consommation d’alcool en société et a encouragé la consommation de vins de Bourgogne, qui n’est manifestement pas optimale pour le bien-être personnel.

La seconde est plus compliquée, car les vins de haute qualité sont également plus sains. Mais il est difficile de les différencier des options de moindre qualité. Le respect qu’un viticulteur porte à son raisin se reflète inévitablement dans le calibre de ce vin. Tant du point de vue de la santé que du goût. Le goût étant un autre domaine dans lequel l’industrie du vin ne parvient toujours pas à livrer à ses clients, surtout en pleine pandémie.

Une pandémie pourrait offrir une chance de renverser le monopole du goût défectueux

Y a-t-il quelque chose de plus frustrant que de savourer quelque chose pour ensuite se faire critiquer par quelqu’un d’autre ? Pourtant, cela semble être la norme dans l’industrie du vin, où des experts sont payés pour vous dire pourquoi vous vous trompez sur votre appréciation (ou votre manque d’appréciation) de tel ou tel pinot noir ou de tel ou tel zinfandel. Mais en fin de compte, le goût reste subjectif, surtout lorsqu’il s’agit de nourriture ou de boisson, où nos papilles gustatives ne traitent littéralement pas les informations de manière identique d’une personne à l’autre.

Dans le secteur du vin, cependant, il est devenu de plus en plus courant de juger les vins selon des critères arbitraires favorisés par des critiques de vin influents. Ces critères deviennent des normes de « qualité », alors qu’il ne s’agit en réalité que des préférences individuelles. Pourquoi ne pas laisser le client décider lui-même de ce qu’il apprécie et supprimer les préjugés et les stigmates ?

Avec la pandémie qui nous maintient à la maison, nous commençons enfin à pouvoir développer notre propre sens du goût et notre confiance en matière de vin. Sans que des amis ou des experts ne portent de jugement, il devient de plus en plus évident que nous nous sommes limités à leurs préférences au lieu de nous occuper des nôtres. C’est peut-être la raison pour laquelle nous voyons les vins rouges de la vallée de Napa, « pleins de corps » ou lourds et boisés, céder la place à des alternatives plus fraîches et plus légères ?

C’est finalement dans ce domaine que le Palate Club brille vraiment, s’efforçant de révolutionner la façon dont nous choisissons et buvons le vin. En évaluant indépendamment le goût de chaque client sur la base de dégustations et d’examens à l’aveugle, ils identifient ce que les clients préfèrent dans le monde extrêmement complexe du vin (ils recueillent près de 200 points de données par bouteille). Ils utilisent ensuite leurs connaissances pour envoyer, ou proposer, des bouteilles plus susceptibles de plaire directement au client.

Ils peuvent également tirer parti de cette influence pour aider à résoudre l’un des problèmes les plus urgents de l’industrie du vin, son impact sur l’environnement.

Le vin peut être bon pour notre santé, mais tous les vins ne sont pas bons pour la planète

C’est un phénomène bien documenté que le vin n’a pas une empreinte irréprochable sur l’environnement. La culture de la vigne nécessite des pratiques agricoles incroyablement intensives, ou de grandes quantités de pesticides. L’impact sur les eaux souterraines et de surface de l’utilisation de pesticides peut être considérable, et exacerbé par la consommation d’eau ou l’utilisation d’engrais.

À VOIR AUSSI  Un sondage montre que la plupart des Suisses sont favorables à la légalisation du cannabis

Ces pratiques néfastes sont souvent des mesures d’économie qui permettent aux viticulteurs de baisser leurs prix, mais tout a un coût, et parfois c’est la planète qui le paie. Même les vins « biologiques », « verts » ou « bio » peuvent ne pas être aussi durables que nous le souhaiterions. Les vignerons pourraient obtenir un label « bio » en utilisant des pesticides « naturels » jusqu’à trois fois plus qu’un agriculteur responsable qui prend le temps d’en appliquer des artificiels à des concentrations beaucoup plus faibles et plus ciblées.

La vinification durable et responsable existe toujours, et est encouragée dans de nombreux pays. Une véritable confiance est créée lorsque les producteurs et les viticulteurs sont capables d’établir des relations respectueuses avec l’environnement, entre eux et avec le client. Les relations que le Palate Club contribue à établir.

Le choix de vins pour un public aussi large permet au Palate Club d’être sélectif. Non seulement cela leur permet de garantir la qualité, mais ils peuvent également examiner la manière dont les caves traitent leur terroir. Après tout, la relation est mutuelle : la façon dont les viticulteurs traitent le sol aura invariablement un effet en retour sur la saveur et la qualité du vin. Le Palate Club est tellement déterminé à améliorer l’industrie du vin que moins de 5 % des vins qu’il a autorisés à être dégustés sont acceptés.

La crise actuelle nous a déjà permis de réduire une partie de notre empreinte écologique. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas le faire encore plus, surtout si on nous facilite la tâche.

C’est à nous de décider comment le monde du vin va réagir face à la pandémie

La pandémie a entraîné une augmentation de la demande de services de livraison de vin comme le Palate Club, et il pourrait enfin être temps que les paradigmes changent en ce qui concerne le vin. La fin de la pandémie n’étant pas encore clairement en vue, nous pourrions au moins nous efforcer de mettre fin à l’emprise mortelle que certaines entreprises et certains chiffres exercent sur l’industrie du vin.

Tous les outils sont là, il suffit de les saisir. Le changement de l’industrie du vin commencera lorsque nous aurons modifié notre propre comportement. Reprendre le pouvoir des sociétés de marketing et des grandes sociétés vinicoles qui les alimentent exigera de ne plus acheter la plus belle étiquette, et de sélectionner le vin comme il aurait toujours dû l’être. Par goût. Et maintenant, grâce aux innovations technologiques proposées par des entreprises comme Plate Club, la pandémie est le moment idéal pour commencer.

(Image présentée par Vix créatif via Pexels)

AVERTISSEMENT : Cet article a été écrit par un tiers contributeur et ne reflète pas l’opinion de Born2Invest, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre Clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots « croire », « projeter », « estimer », « devenir », « planifier », « vouloir » et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces divulgations importantes.

Rubriques Connexes :

Sylvie Garnier

Sylvie Garnier

Sylvie GARNIER, économiste et auteure, elle est spécialisée en marchés financiers et crowdfunding ainsi que les développements économiques . Ses années d’enseignement aux États Unis et son expérience à Wall Street, fait de Sylvie une auteure experte. Elle souhaite transmettre ses connaissances à travers ses articles clairs et concis.

PLUS DE NOUVELLESS