Le cannabis récréatif en Argentine, un débat inévitable pour le Congrès en gestation

es fins médicinales. Cependant, la loi sur les drogues en vigueur depuis 1989 punit la possession pour consommation personnelle de peines de prison allant d'un mois à deux ans, et jusqu'à 15 ans s'il existe des preuves de commerce. Alberto Fernandez, également avocat, estime que le cadre juridique actuel crée un profond déséquilibre entre la légalité de l'alcool et l'illégalité du cannabis.
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur email

À la mi-août, le président argentin Alberto Fernandez a accordé une interview décontractée à Filo News dans laquelle il s’est dit favorable à « l’ouverture du débat » pour légaliser la consommation récréative de cannabis en Argentine.

« Ma première tentation est de mettre fin à l’hypocrisie. Le cannabis nuit, le tabac tue et l’alcool dégrade l’être humain. Si le tabac et l’alcool sont légaux, pourquoi le cannabis devrait-il être illégal ? », a déclaré M. Fernandez. Son bilan le plus récent lui donne raison. Sous son gouvernement, la culture d’un maximum de six plantes de cannabis à des fins médicinales a été légalisée – pour ceux qui s’inscrivent – et un projet de loi a été envoyé au Congrès pour promouvoir la production industrielle de cannabis, de ses graines et de ses dérivés.

Par conséquent, la campagne électorale pour les primaires qui éliront les candidats au renouvellement des sièges au Congrès national et aux parlements provinciaux a eu pour la première fois le cannabis à usage récréatif parmi ses principaux thèmes.

Le gouvernement argentin estime qu’avec cette nouvelle activité, il peut créer 10 000 emplois et gagner environ 50 millions de dollars par an, et c’est sa principale motivation à l’égard de cette plante.

L’usage récréatif du cannabis est la seule approche qui n’a pas encore été débattue en séance plénière du Congrès, qui entame le 12 septembre son parcours électoral pour renouveler les sièges.

« Après d’autres réalisations comme le mariage pour tous, la loi sur l’identité de genre et quelques autres liées à l’immigration, je pense qu’en termes de droits de l’homme, ce gouvernement a déjà fait des progrès avec la question de l’avortement, et le cannabis est maintenant en tête pour être une question à traiter par la nouvelle composition du Congrès », a déclaré à Sputnik Mariano Fusero, président de l’organisation non gouvernementale Reset (spécialisée dans la politique des drogues et les droits de l’homme).

Une enquête récente menée auprès de 64 000 personnes âgées de 16 à 92 ans vivant dans les 24 districts nationaux a révélé que 84,2 % du total consomment du cannabis à des fins récréatives.

Cependant, la loi sur les drogues en vigueur depuis 1989 punit la possession pour consommation personnelle de peines de prison allant d’un mois à deux ans, et jusqu’à 15 ans s’il existe des preuves de commerce.

Fusero a prévenu qu’avant tout cela, il est nécessaire de parvenir à « une dépénalisation de la consommation, au-delà de la réglementation du cannabis », et a souligné qu’il existe « une certaine confusion dans le discours politique. »

« Quand nous parlons de dépénalisation, nous parlons de chiffres associés à la consommation, et quand nous parlons de consommation, comme reconnaissance des libertés individuelles, nous parlons de tout type de substance », a averti l’avocat.

Des privilèges à apprécier

La forte campagne nationale qui, l’année dernière, a permis d’obtenir la loi sur l’avortement en Argentine, a également réussi à mettre à l’ordre du jour des débats la revendication d’un droit de l’homme jusqu’ici censuré, dans une société aux fortes racines religieuses : le droit de prendre du plaisir.

De ce point de vue, Alberto Fernandez, également avocat, comprend que le cadre juridique actuel génère un profond déséquilibre entre la légalité de l’alcool et l’illégalité du cannabis. De l’autre côté de la barrière se trouve la pré-candidate au poste de député national de la ville de Buenos Aires, María Eugenia Vidal, qui, dans une récente interview, a également donné son avis sur le débat à venir.

« C’est une chose de fumer un joint dans [le quartier de Buenos Aires de] Palermo et une autre dans [le bidonville] 1-11-14, avec des dealers qui vous offrent », a déclaré l’ancienne gouverneure de la province de Buenos Aires (est).

La différence faite par Vidal entre le quartier somptueux et le bidonville, tous deux situés dans la capitale argentine, lui a valu les critiques de nombreux secteurs. Parmi eux, celui qui souligne que la consommation d’une substance pour le plaisir est une garantie que vous n’avez qu’à Palerme où, soi-disant, il n’y a pas de dealers pour vous offrir.

Pour Fusero, « les campagnes historiques contre le cannabis ont été traversées par une forte pression anti-hédoniste. Beaucoup de ces substances ont la capacité de produire du plaisir, et le plaisir est aussi un droit humain, et c’est le droit à la santé et au bien-être des personnes. Ce n’est pas quelque chose que nous devons banaliser ».

Il pense également que dans la réglementation, il est important qu’un État soit présent, un modèle similaire à celui de l’Uruguay, du Canada et de certains États des États-Unis – pas tous, « afin de ne pas laisser la question entre les mains du marketing et des entreprises au niveau international qui existent déjà et qui tentent de monopoliser le commerce du cannabis à grande échelle. »

« Si nous maintenons cette logique commerciale, nous allons avoir des résultats désavantageux en termes de santé publique, notamment en ce qui concerne les taux de consommation et encourager l’usage par des stratégies basées sur la propagande », a-t-il ajouté. En termes plus simples, « nous n’avons pas à répéter avec le cannabis la même histoire que celle que nous avons subie avec l’alcool et le tabac. »

___

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ : Cet article a été écrit par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de Born2Invest, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut inclure des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots  » croire « ,  » projeter « ,  » estimer « ,  » devenir « ,  » planifier « ,  » sera « , et d’autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux discutés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont fondées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer sensiblement de tout énoncé prospectif, qui ne reflète que l’opinion de la direction de la société à la date du présent document. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Publié pour la première fois sur LesEco.ma, un contributeur tiers a traduit et adapté l’article à partir de l’original. En cas de divergence, l’original prévaudra.

Bien que nous ayons fait des efforts raisonnables pour fournir des traductions précises, certaines parties peuvent être incorrectes. Born2Invest n’assume aucune responsabilité pour les erreurs, omissions ou ambiguïtés dans les traductions fournies sur ce site. Toute personne ou entité s’appuyant sur le contenu traduit le fait à ses propres risques. Born2Invest n’est pas responsable des pertes causées par une telle confiance dans l’exactitude ou la fiabilité des informations traduites. Si vous souhaitez signaler une erreur ou une inexactitude dans la traduction, nous vous encourageons à nous contacter.

Xavier Mercoux

Xavier Mercoux

Xavier MERCOUX, auteur depuis toujours, s’intéresse de près aux entreprises innovantes, au secteur financier, Wall Street et aux intérêts des actionnaires. Ses domaines de spécialisations, apporte des réflexions portant le plus souvent sur les innovations technologiques, les start-up ou encore les derniers développements dans la crypto.